27/12/2006

2007, Année "Porte-Bonheur" ???

Numériser0027

Bonne et Heureuse Année 2007

 

Les Amis et les Familles de Burhale

 

                                         

                                

                                 2007, Année « porte-bonheur » ? Bonne et Heureuse Année 2007, année « porte-bonheur » dans le 3ème millénaire ? 

La symbolique du chiffre 7 remonte à très loin dans le temps et imprègne encore notre vie actuelle. Déjà, chez les Egyptiens,  le chiffre 7 était le signe de la protection des dieux (le ciel) sur les humains (la terre). Cette croyance proviendrait de l’observation du ciel par les Egyptiens, notamment la constellation de la Grande Ourse (7 étoiles) visible toute l’année. Il est  l’addition des chiffres 4 et 3 qui tous deux avaient aussi une symbolique. Le 4, représenté par un carré, se rapportait à la terre, avec les 4 points cardinaux, les 4 saisons, etc. ; le 3, un triangle,  représentait le ciel, ce qui touche à l’esprit, il  a été repris par le christianisme (le Père, le Fils, le Saint-Esprit ; la prière « le Notre Père » dont les trois premières phrases se rapportent à Dieu et les quatre dernières aux Hommes … ). La forme triangulaire des pyramides dont la base est  un carré, serait la relation des humains (la terre) avec les dieux (les cieux). Les juifs ont repris la symbolique dans la semaine des 7 jours,  6 jours de travail et le 7ème jour consacré au Seigneur, le chiffre 7 est cité fréquemment dans la Bible et les Evangiles, et encore de nos jours, la semaine compte 7 jours, le 7ème jour étant un jour de repos, de nombreuses personnes sont toujours influencées par ces croyances, jouent le chiffre 7 dans les jeux de hasards, etc.

 
Numériser0029

Source d'eau souterraine KAFINDI : au niveau du captage dans son état vétuste, enfant en danger, risque de typhoïde.

 

Que nous y croyions ou non, le chiffre 7 peut cependant  nous mener vers le succès, en influençant positivement notre pensée et donc nous mener vers la réussite.  Aussi, je voudrais que cette année 2007 soit favorable aux familles de Burhale et qu’elle leur porte chance et succès, dans leur recherche d’un meilleur bien-être pour leurs familles et leurs enfants. C’est pourquoi, dans ce blog, je me permets de vous transmettre leurs ESPOIRS  pour cette année 2007. 

Il s’agit de continuer le captage et l’aménagement de nouvelles sources, une source par mois, donc 12 sources en 2007. Les 24 sources qui ont déjà été aménagées sont le garant que ces sources seront réalisées selon les règles de l’art et qu’elles seront placées (à chaque source) sous la protection des Comités de Gestion de l’Eau (CGE) et des bénéficiaires,  facteurs essentiels pour en assurer la durabilité. Des plants d’orangers seront plantés près des sources, les oranges produites, aimées dans le milieu, auront pour résultats, la lutte contre la carence en vitamine A des familles et la durabilité des ouvrages installés. Si cette action démarre en janvier 2007, la distribution des orangers aux ménages interviendrait en octobre 2007. La vente des oranges généreront des revenus aux familles qui pourront assumer la prise en charge financière des fontainiers responsables de la maintenance des sources, sous la supervision des membres de SOFEBU (Solidarité des Femmes de Burhale) et le soutien technique du BTGRH (Bureau Technique de la Gestion des Ressources Hydriques).

 
Numériser0030

 

Source d'eau souterraine KAFINDI : au niveau de l'aire de puisage de la source, démonstration sur la pratique des règles d'hygiène. 15/09/2004.

Ce projet intitulé « Projet secours : eau potable pour action de santé préventive à Burhale : accompagnement et renforcement de la maintenance des ouvrages par les plantules des orangers et lutte contre la carence en vitamine A des familles » fait partie des projets qui ont été présentés, ce 23 décembre 2006, par les ONGDS (Organisations Non Gouvernementales du Sud) et les ILD (Initiatives Locales de Développement), opérant dans le secteur « Eau potable », dans le territoire de Walungu situé parmi les zones victimes du choléra qui refait surface dans la province du Sud Kivu.  Celles-ci se sont réunies autour du Médecin Provincial de la Santé au Sud-Kivu, de l’Administrateur du territoire de Walungu, du chef de collectivité chefferie de Walungu et du Médecin Chef de Zone de Santé Rural de Walungu, pour présenter, chacune, son programme d’action 2007 dans le secteur « Eau, hygiène et assainissement ».

 Le projet des « 24 sources » (réalisé en 2004 & 2005, par les mêmes ONG du Nord et du Sud) a montré que le captage et l’aménagement des sources, accompagnés par des activités de formation et de sensibilisation, au niveau de l’hygiène et de la santé, donnent des résultats indéniables sur l’éradication du choléra et des autres maladies liées à l’eau. 
Numériser0032

 

Source de Kafindi, Session de formation pour les enseignants, partie pratique du module santé et développement communautaire.

 

Vu l’urgence des besoins en eau potable à Burhale, comme le souligne dans une lettre le responsable régional de l’énergie, SOS Layettes Solidarité & Développement (ONG du Nord) qui a le souci de répondre aux attentes de ses partenaires, a dès lors pris ce projet en considération pour 2007, selon une stratégie d’urgence qui consiste à poursuivre le travail d’aménagement, source par source, en attendant que la somme globale (12 sources) soit réunie.

 Et c’est là que votre soutien peut nous être d’un grand secours. En effet, étant donné que le captage et l’aménagement d’une source coûte environ 2.908,96 EUR, nous pourrions à la fin de l’année atteindre l’aménagement de 12 sources, si nous arrivons à rassembler l’équivalent de 34.907,52 EUR. Toute contribution de votre part pourra en tous cas être d’un grand secours pour la population de Burhale. Une source sera réalisée, chaque fois que nous atteindrons le montant suffisant pour la réaliser. Bien entendu, SOS LS&D délivrera un certificat d’exonération d’impôt pour tout don équivalent à 30 EUR (ou dons cumulés dont le montant annuel atteint 30 EUR). Nous vous tiendrons informés via ce blog et/ou le périodique de SOS LS&D, chaque fois qu’une source pourra être réalisée et de son suivi sur le terrain. Nous proposons que chaque don soit versé sur le compte FORTIS N° 240-0662000-76 de SOS LS&D, rue Ecole Technique 13, B 4040 HERSTAL, Belgique, avec la mention « Sources Burhale Congo ». 
Tout en rendant la santé aux familles de Burhale, en priorité les femmes et les enfants, les premières victimes, nous répondrions au Vœu des familles de Burhale  : « Est-il possible que SOS LS&D représentant la Belgique, pays métropole, soit absente du Congo, l’année 2007, première année de la reconstruction de la R.D. Congo ? L’absence physique de SOS LS&D dans les actions de développement en R.D. Congo et dans son rayon d’action de Burhale déclaré sinistré, pour l’an 2007, serait mal ressenti par la population qui, grâce à l’aménagement des premières sources dans son groupement, en pleine guerre et insécurité, a commencé à ESPERER en un meilleur lendemain ».
 

Dans l’ESPOIR que les vœux des familles de Burhale se concrétisent, nous vous souhaitons une Bonne et Heureuse Année 2007,

dans la Paix, la Justice et la Fraternité. 

Francine

 SOUTIEN – DON La population de Burhale a fortement souffert des guerres à répétition de ces 10 dernières années et insécurité constante : femmes violées, hommes disparus ou massacrés, maisons brûlées, vols, pillages, etc. Ils sont très sensibles au processus de démocratisation qui est en cours, avec l’élection démocratique d’un Président, et espèrent vivement en  la reconstruction du Congo. Pour cela, ils voudraient que les Belges (ancienne métropole) qu’ils considèrent comme des « Oncles » et des « Tantes » les accompagnent durant cette période, en partenaires véritables. Nous voudrions les accompagner, mais sans chacun de vous, nous sommes démunis. Répondrez-vous à cet appel ? MERCI DE TOUT CŒUR. SOS Layettes Solidarité & Développement (née en 1967) est reconnue comme ONG de Développement par le Ministère de la Coopération Belge (depuis 1976) et réalise des projets en cofinancement avec celui-ci, la Commission Européenne, la Région Wallonne & la Communauté Française, ainsi que des projets sur fonds propres récoltés grâce à des dons privés. SOFEBU (Solidarité des Femmes de Burhale) et le BTGRH (Bureau Technique de Gestion des Ressources Hydriques) sont deux ONG Congolaises reconnues par les autorités locales, en R.D. Congo.

                                         

 

11:16 Écrit par Francine dans Bonne Année | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : walungu, burhale, congo, voeux, nouvelle annee, eau, vie, 2007, don, ong |  Facebook |

22/12/2006

Joie de Noël dans nos villages.

 
Image9

Je laisse la parole à nos amis et amies de Burhale qui nous ont gentiment envoyé ce message pour Noël.

 Chères Amies et Amis Voudriez-vous partager notre joie à l’occasion de Noël 2006 ! Voici toute une décennie de dix Noël sans joie.C’est comme si notre rêve se matérialise maintenant,  en réalité on ne croyait plus un instant ce que nous vivons aujourd’hui. Abandonnés à nous-mêmes dans notre enclavement, dans notre guerre, dans notre pauvreté, dans notre misère, dans notre tristesse quotidienne, revivons encore l’espoir. Grâce à l’engagement de la communauté internationale, nous allons vivre un Noël qui vient de mettre au monde des jumelles, à savoir, la PAIX et l’EAU POTABLE. NOEL pour la PAIX : la population de Burhale a participé massivement aux 1ères élections présidentielles libres et transparentes du Congo/RDC. Il y a de l’espoir qui pointe à l’horizon ! Finis les pillages, les viols, les déportations, les extorsions, et toutes les affres de la guerre. Joyeux Noël ! NOEL pour l’EAU POTABLE : « Burhale était déclaré milieu sinistré », c’est-à-dire dangereux, insécurisé, donc inaccessible. C’est le moment où nous avions plus que jamais besoin d’aide et d’assistance. Il n’y a eu que l’Union Européenne à travers SOS Layettes Solidarité & Développement qui a répondu à notre cri de détresse en nous apportant le 1er aliment et 1er médicament, c’est-à-dire l’EAU POTABLE.Nous vous assurons que malgré notre pauvreté et misère, nous avons maintenant de quoi offrir fièrement à nos bien aimés visiteurs, à savoir : un verre d’eau souterraine potable que tout visiteur ne peut s’empêcher de prendre, après avoir admiré la beauté de nos sources d’eau souterraine aménagées par SOFEBU et le BTGRH. Qui pouvait imaginer que nos vieilles sources délabrées, dès que aménagées, cachaient le secret de la paix entre nos communautés, en réconciliant villages voisins, familles voisines, générations différentes, et pourquoi pas les foyers.Pour une fois depuis l’indépendance du Congo, nos plus âgés ont témoigné que c’est la toute 1ère fois qu’une mission européenne arrive au fond profond de nos villages pour partager notre souffrance.Quel joyeux, Noël, cette fois-ci ! Surtout dans l’espérance d’autres projets similaires. Autour de NOEL 2006, dans tous nos villages, se préparent plusieurs manifestations sociales, notamment :-         le 22/12/2006 : travaux communautaires d’entretien des sources d’eau souterraine ;-         le 23/12/2006 : visites aux sources d’eau souterraine aménagées et photos de mariage pour tous les jeunes couples du jour ;-         le 24/12/2006 : séance de prière de remerciement à Dieu avec sketches des écoliers sur le thème de l’eau ;-         le 25/12/2005 : « MISHI ABURHA MURHULA » cultes religieux au matin et réjouissances populaires au soir. Joyeux Noël et bonne fête chez vous ! Amitié,SOFEBU & BTGRH Vincent MUDEKEREZA, responsable administratif et financier, SOFEBUMarine M’MPUNGA, coordinatrice en fonction, SOFEBUJulienne M’BASHIGE, Florence M’NAMUGONO, Consolate M’RUSAKULIRA, animatrices du Comité de Coordination, SOFEBU  Liévin BACHURUZI, Jean Chrysostome RUHAMYA, soutiens administratifs masculins, SOFEBU Pascal NTABIRUBA K. , Ir. hydrotechnicien,  BTGRHDr Lebon BARHWAMIRHE, Coordinateur, Président du Conseil d’Administration, BTGRH. 

20:27 Écrit par Francine dans NOEL | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : noel, eau, joie, paix, congo, nature, vie, source |  Facebook |

Sources de vie, décembre 2005 : aperçu de notre visite, à Burhale, avec quelques photos.

congo1

 

Tout d’abord, je voudrais remercier les deux personnes qui dès sa naissance ont souhaité la bienvenue à notre nouveau blog, l’un d’eux, signé « un new Yorkais »,  vient de loin, c’est un bon présage pour un premier « commentaire », j’espère que cela portera chance aux familles de Burhale. Elargir nos échanges « Belgique-Burhale (R.D.Congo) » à New York, ce serait merveilleux.  J’ose espérer que ces deux contacts ne s’éteindront pas aussitôt nés.

 

Grâce à mon travail dans une ONG, j’ai eu la chance de rencontrer les familles autour de nos projets, au Brésil (Salvador da Bahia), en Inde (Calcutta), en Ouganda (Kampala) et son voisin de la Région des Grands Lacs, la R.D. Congo (Burhale), et partout, « au cœur de notre être », j’ai découvert la même ressemblance entre eux et moi : nous ressentons tous le même ESPOIR : vivre dans un milieu de paix, de justice, deux facteurs essentiels pour se sentir en sécurité, ce qui inclut l’accès à la nourriture en suffisance, l’hygiène source de santé, l’éducation source d’emploi, d’un minimum de bien-être et d’insertion sociale, et aussi le bonheur d’être entourés de personnes qui nous apportent quelque affection et considération. Et par dessus tout, que nos enfants, souvent les premières victimes innocentes des adultes,  connaissent une enfance qui réponde à leurs besoins, ils deviendront alors des adultes épanouis et auront à cœur la construction d’un monde plus respectueux des hommes et de la nature source de vie.

 

Image1

 

Nous descendons les collines, autrefois couvertes d’arbres, elles ont été déboisées par la coupe anarchique du bois. Nous voyons déjà les courbes de niveau qui ont été tracées et les haies de protection (trypsacum) qui ont été plantées en suivant ces courbes, pour lutter contre l’érosion des terres. Les eaux de pluie ont été canalisées dans des fossés de protection. La coupe (contrôlée) du trypsacum fournissent du fourrage pour le bétail.

 

congo3

 

La corvée eau pour les enfants et les mamans est désormais plus facile : la distance pour chercher l’eau est réduite (50 à 1.600 mètres), des sentiers en lacets relient les villages aux sources et des escaliers ont été aménagés. Même les enfants de 5 à 6 ans et les femmes enceintes descendent facilement à la source par les sentiers nivelés, gradués et assainis.

 

Image4

 

Des plantes antiérosives (pelouse) recouvrent tous les sites sauf sur quelques terrains rocailleux.

 

Image5

 

Image6

 

Les enfants et les mamans puisent une eau de qualité en quantité suffisante.

 

Image7

Image9
 
Image11

 

Les familles bénéficiaires de la source avec les animateurs et animatrices de SOFEBU « Solidarité des Femmes de Burhale », l’ingénieur hydraulicien du BTGRH « Bureau Technique de Gestion des Ressources Hydriques » et les représentants de l’ONG Nord. Tous très heureux et réconfortés de voir le travail qui a été réalisé et le souci qu’ont les familles de garantir sa durabilité.

 

Image12

 

Un filtre à eau.

 

image14

 

Les familles veillent à la propreté du site pour conserver une eau propre.

 

Image15

 

Même les enfants participent à la protection de l’eau, ils entretiennent la pelouse.

 

Image16

Fossé d’écoulement des eaux. Les familles sont chargées de son entretien.

Un comité de gestion de l’eau a été constitué à chaque source, ses membres qui ont été formés s’assurent que les familles respectent l’eau et participent aux travaux communautaires pour maintenir sa durabilité.

Durant ces mois très difficiles vécus par la population, les activités du projet se sont déroulées avec satisfaction. Cela a été un très grand encouragement et réconfort pour cette population sinistrée et coupée du monde. Malgré tout, des personnes extérieures continuaient à les soutenir, un projet de développement était en train de naître pour eux, et avec eux, leurs conditions de vie s’amélioraient progressivement, chaque fois qu’une source était captée et aménagée.

 

Notre visite s’est déroulée dans une ambiance ambivalente : joie de visiter des sources bien aménagées et entretenues par les bénéficiaires, mais tristesse à la vue des femmes et des enfants affamés, déguenillés, dépourvus de tout. Joie des bénéficiaires qui nous accueillent à chaque source, mais ambiance lugubre qui se dégage des marchés locaux où les échoppes sont dépourvues de portes (elles ont été volées ou détruites par les rebelles), les marchandises rares,  les gens et les enfants dépourvus de la vivacité et de la joie, si souvent rencontrées en Afrique, pas de chants, pas de danses, par d’instruments de musique qui retentissent.  Les femmes tendent la main, les enfants vous regardent avec l’espoir de recevoir un « cadeau », une aide quelconque, même quelques Francs Congolais qui leur permettraient d’acheter un savon, par exemple.  La visite de l’hôpital de Walungu et du centre de santé de Burhale, nous ont montré dans quel état de délabrement, les infrastructures de santé se trouvent. Dans les villages, par peur de violences,  les gens restent enfermés chez eux, les routes non entretenues rendent leur accès très difficile en voiture par temps de pluie et toute fuite rapide, en  cas de danger, impossible. Les rebelles sont toujours retranchés dans les forêts des collines voisines, chaque jour des récits circulent de personnes tuées, enlevées, rançonnées, femmes violées … La population est toujours dans la crainte que les hostilités ne reprennent, mais en même temps, un grand espoir est né, face à un début de paix enfin retrouvé.

 

Durant cette mission, différents signes d’espérance précurseurs de paix ont été perçus : notre visite (des Occidentaux se risquaient enfin pour venir les rencontrer dans leurs  villages éloignés de tout), la visite du Mwami (chef de collectivité), la visite du président de la R.D.Congo, à Bukavu, tout cela, nous a rendues très proches (deux représentantes de l’ONG Belge) de la population et a fait naître, parmi celle-ci, l’espoir que les actions de développement se poursuivront dans la région. La dynamique de développement est en bonne voie, il serait préjudiciable pour la population très  démunie de tout qu’elle s’arrête en si bon chemin, faute de soutien extérieur. Nous lui souhaitons longue vie et courage.

 

Francine

19/12/2006

Naissance d'un nouveau blog

Ce jour, un nouveau blog est né. Mon souhait est qu'il soit un lieu de rencontre avec les amis du Congo, nouveaux et anciens, entre les hommes et les femmes de Belgique et ceux et celles du Congo. Que ces premiers mots soient suivis de beaucoup d'autres et qu'ils accompagnent les familles sinistrées de Burhale, Territoire de Walungu, Sud Kivu, dans la reconstruction de leur beau et grand pays.

 

Aujourd'hui est justement un jour d'anniversaire, car il y a un an, 19 décembre 2005, je reprenais l'avion à Kinshasa après trois semaines très enrichissantes passées au Congo, dont deux à Bukavu et Burhale où j'ai rencontré des hommes et des femmes marqués par 10 années de guerres successives et une insécurité persistante (viols, vols, tueries, etc.), mais d'un courage inébranlable.

 

Représentante d'une ONG, j'y étais de passage pour évaluer le travail qui avait été réalisé, rencontrer nos partenaires du Sud et les bénéficiaires de l'action.

Au cours de cette action, 24 sources d'eau potable ont été captées et aménagées, les familles ont été sensibilisées aux problèmes de l'hygiène et de la santé, des comités de gestion de l'eau ont été formés afin de veiller à la maintenance des ouvrages réalisés. Nos partenaires du Sud ont fait un travail merveilleux, en pleine période de guerre.

 

J'ai visité les sources, une par une, par monts et par vaux, celles-ci étant situées dans les bas fonds et le pays très montagneux. Les résultats sur la santé ne se sont pas fait attendre : les statistiques dans les centres de santé montrent que dans les régions où les sources ont été aménagées, il n'y a plus de maladies dues à l'eau telles que le choléra, dysenterie, etc.

 

Notre ESPOIR est de poursuivre ce beau travail avec nos partenaires du Sud et toutes les familles de Burhale. 

 

A bientôt j'espère et amicalement vôtre.

Francine