20/04/2007

Message à nos amis blogueurs et visiteurs de notre blog

Message à nos amis blogueurs et visiteurs de notre blog,

 

5.069 visiteurs … nous avons dépassé le cap des 5.000 ... merci de nous faire l’honneur de visiter notre blog, nous sommes toujours très heureux lorsque l’un de vous nous visite via Internet,  nous laisse un commentaire ou un petit mot d’encouragement, et pourquoi pas ? ? (ce qui est naturellement toujours le bienvenu … pour qu’une source supplémentaire puisse démarrer …), nous envoit parfois un joli don pour notre « Projet Secours 2007 ».

 

L’un de vous, un ami français, nous a fait le plaisir d’envoyer un petit message sur notre e-mail, nous le remercions vivement  de s’intéresser à notre action et de nous aider à découvrir les informations qui pourraient s’avérer être utiles pour bien faire comprendre notre action sur le terrain. N’hésitez pas à nous demander des renseignements complémentaires et à nous aider à améliorer notre blog. Cela nous fera très plaisir de communiquer avec vous.

 

Pour rappel, pour la synthèse du projet et budget pris en charge par SOS LS&D, voir notre message du 23/02/07.

 

Tout d’abord, le message :

« Bonjour,

Je viens de parcourir le blog de Burhale ; c’est très bien fait et j’ai découvert avec intérêt cette action.

Pourtant je pense qu’il manque certains renseignements susceptibles d’intéresser des visiteurs comme moi.

 

·         Qu’est-ce que veut dire BTGRH et SOFEBU et que représentent-ils ?

·         Les notes techniques sont claires, mais qui réalise quoi ?

·         Que fait la population et comment ?

·         Y a-t-il des intervenants techniciens bénévoles étrangers qui aident sur place ?

·         Qui gère les sources et les entretient ?

·         Que fait SOS Layettes ? Le montant de sa participation ?

·         Y a-t-il d’autres financements ; locaux ; de l’Etat ?

·         Combien coûtent ces réalisations par source ?

 

Voilà quelques questions que je me suis posées.

 

Bon courage »

Je garderai le message anonyme, à moins que notre visiteur nous donne la permission de le nommer dans ce blog ? ? ?

 

Les informations demandées :

 

·         Qu’est-ce que veut dire BTGRH et SOFEBU et que représentent-ils ?

 

SOFEBU « Solidarité des Femmes de Burhale », située à Burhale,  est une organisation locale de développement qui a été constituée en octobre 1990 et  reconnue par les autorités locales de Bukavu, le 12/02/1993.

 

BTGRH « Bureau Technique pour la Gestion des Ressources Hydriques », située à Bukavu,  est une organisation d’appui technique au développement rural. Elle fut créée en mars 1997 et reconnue par les autorités locales de Bukavu, en 2001.

 

Toutes deux sont partenaires de SOS Layettes Solidarité & Développement (SOS LS&D) dans ce projet, SOFEBU étant le partenaire direct de SOS LS&D, le BTGRH constituant l’interface technique de SOFEBU dans les projets « eau ».

 

SOFEBU a été créée par un groupe de femmes du Groupement de Burhale qui avaient et ont toujours pour objectif le bien-être et l’amélioration des conditions de vie de leurs enfants, par le biais de l’amélioration de la santé, la nutrition, l’éducation et la recherche de revenus. En Afrique, les femmes sont très dynamiques au niveau du développement, car ce sont elles qui sont responsables du ménage, de la santé et de l’éducation des enfants, elles constituent  un moteur très mobilisateur pour le développement local.

 

L’association se compose majoritairement de femmes et sont soutenues par des hommes qui représentent toujours l’autorité dans la structure sociale du pays ; les membres vivent en priorité dans le milieu de Burhale. Elle est constituée des organes suivants :

-          Assemblée Générale 

-          Conseil d’Administration (CA) :  8 membres (6 femmes et 2 hommes). La Zone de santé de Walungu, l’Economat Général du Diocèse de Bukavu et le Comité Anti-Bwaki (autre ONG située à Bukavu) encouragent l’association et constituent des éléments facilitateurs.

-          Comité de Coordination (CC) : Staff de 4 animatrices et 1 responsable administratif et financier. Une coordination rotative de 6 mois a été instaurée afin de dynamiser l’association. A la fin de son mandat, la coordinatrice sortante est évaluée par le CA et le CC. Les CA et le CC se réunissent trimestriellement.

-          Cellules et Comités Villageois de Développement (CVD) : afin d’accroître la durabilité et l’impact des actions entreprises, l’association se veut très proche de la population, raison pour laquelle elle travaille au sein des localités et des villages. Toutes les animatrices de cellules et les membres des CVD résident dans les localités et villages concernés. Ces acteurs sont permanents sur le terrain.

·         16 cellules : une cellule a été créée dans chaque localité et est administrée  par une animatrice de cellule. Elles travaillent avec les chefs de localités.

·         47 CVD : un CVD a été créé dans chaque village, il comprend 4 membres ( 1 présidente, 1 secrétaire, 1 trésorier, 1 conseiller) et est coordonné par l’animatrice de la cellule (présidente). Une cellule peut comprendre 1 ou plusieurs CVD, selon l’importance de la cellule et/ou de son dynamisme : cellule de Njove (3 CVD), Cishumba (2), Cikamba (1), Kashosi (2), Kashengerwa (2), Luhoko (6), Murhaza (3), Lukumbo (6), Buha (2), Nyakakoba (1), Mukaza (1), Cihambe (3), Burhale (7), Cibanda (1), Mwegerera (2), Karhundu (5).

 

L’association et le milieu bénéficient de la collaboration de la structure coutumière locale qui a pour mission de veiller au bien-être de sa population et à son développement. Ceci constitue un atout très important pour la durabilité de l’action.

 

Ses principaux domaines d’activités sont la mobilisation des femmes dans la dynamique de développement, l’agriculture, l’élevage, lutte contre les maladies d’origine hydrique, formation de couture pour les femmes, garderies d’enfants. Depuis sa création, SOFEBU est un partenaire apprécié de la zone de santé de Walungu, grâce à son rôle de sensibilisation et de mobilisation des femmes, dans les secteurs de l’hygiène et de la santé. C’est dans ce contexte qu’elle a initié le programme « Eau pour action de santé préventive »,  le « Projet Secours 2007, captage et réalisation de 12 sources d’eau souterraine » constitue une action de ce programme. En tout, 72 sources d’eau souterraine ont été identifiées : une action de 24 sources a été réalisée en 2004 et 2005 (cofinancement avec la Commission Européenne) ; une seconde action (36 sources) dont les activités devraient débuter en 2008 est en cours d’examen à la Commission Européenne.

 

SOFEBU est membre du CRONGD/Sud-Kivu (Conseil Régional des Organisations Non Gouvernementales de Développement).

Les relations SOS LS&D-SOFEBU existent depuis 1994. Nous vous décrirons ultérieurement les actions réalisées antérieurement avec SOFEBU.

 

BTGRH 

Son objectif principal est l’approvisionnement en eau potable des collectivités locales, afin d’appuyer l’hygiène et améliorer ainsi leur état de santé. C’est le programme « Eau, Hygiène, Assainissement et Santé pour le développement durable et le bien-être des populations rurales dans un environnement sain et attrayant ». Son principal domaine d’activité est  l’exploitation et la gestion des ressources hydrauliques.

 

La méthodologie de l’association est que « le succès d’une action d’approvisionnement en eau potable dépend, aussi pour une grande part, des possibilités qu’ont les utilisateurs d’entretenir, eux-mêmes, leurs installations. Même si l’investissement de départ est fourni par des bailleurs externes et que les réalisateurs ont respecté toutes les normes techniques lors de la réalisation des ouvrages, il est important que les frais de fonctionnement et d’amortissement (pour le remplacement des installations) soient couverts par les utilisateurs eux-mêmes. Ainsi la population sera autonome et ne dépendra plus de l’aide extérieure, ce qui devrait être le but de toute action de développement ». Le BTGRH est aussi spécialisé dans les activités de sensibilisation et de formation « eau, hygiène, assainissement et santé » des personnes concernées par les actions, afin d’assurer l’appropriation des ouvrages réalisés par les bénéficiaires et en assurer la durabilité.

 

Il est constitué d’une AG, CA, Coordination et un personnel spécialisé, notamment un ingénieur technicien hydraulique, un animateur et une responsable HFI (Hygiène Féminine et Infantile).

 

Il appartient à la plate-forme PEHA (Plate-forme Eau Hygiène et Assainissement), Province du Sud-Kivu.

SOS LS&D-BTGRH ont été mis en contact par SOFEBU, en 1999, dans le cadre du programme « Eau potable pour action de santé préventive » initié par SOFEBU.

 

·         Les notes techniques sont claires, mais qui réalise quoi ?

 

En résumé, il s’agit de capter et d’aménager 12 sources d’eau souterraine, avec les familles bénéficiaires, travail technique accompagné d’activités de mobilisation, sensibilisation et formation de la population sur l’hygiène de l’eau, sa gestion et son impact sur la santé.

 

Il s’agit d’une synergie SOFEBU-BTGRH qui privilégie la mobilisation et la participation populaire dans une action de développement.

SOFEBU, ONG « leader », initiatrice du projet et partenaire direct de SOS LS&D, est intégrée dans le milieu local social de façon permanente : elle est chargée de la gestion de l’action, la mobilisation, la sensibilisation et l’encadrement social ; BTGRH « interface technique » est chargé des réalisations techniques et des formations « eau, hygiène, assainissement et santé », il participe aux réunions de sensibilisation et d’information organisées par SOFEBU dans les collectivités locales. Des réunions d’information, concertation et programmation sont organisées régulièrement par les responsables de SOFEBU (CC) et du BTGRH, afin d’assurer une coordination efficace des activités et une exploitation maximum de la spécificité et des compétences de chacun qui sont complémentaires et indispensables à la réussite de l’action.

 

Activités principales du projet :

-          Gérer, coordonner le projet : SOFEBU : Comité de Coordination supervisé par le CA. Supervision générale par le médecin chef de la zone de santé, supervision financière par le Président du Comité Anti-Bwaki.

-          Mobiliser et animer les bénéficiaires afin de s’assurer la participation de tous : SOFEBU, c’est-à-dire les  Cellules concernées avec leurs Comités Villageois de Développement et soutenues par le CC ; chefs de localités des sources concernées et deux accompagnateurs du BTGRH.

-          Sélectionner les manœuvres dans les villages : SOFEBU : Cellules et CVD concernés soutenus par le CC et le BTGRH ;

-          Sensibiliser, former et encadrer les groupes cibles en technologie d’hydraulique rurale, responsabilisation et maintenance : BTGRH avec participation de SOFEBU (CC) ;

-          Organiser les Comités de Gestion de l’Eau (CGE) : SOFEBU (CC et CVD) avec participation du BTGRH ;

-          Former les CGE : BTGRH avec participation de SOFEBU (CC) ;

-          Capter et aménager les 12 sources d’eau souterraine : BTGRH ;

-          Ouvrir et aménager les sentiers, fossés de protection, plantes anti-érosives, drains d’écoulement : BTGRH ;

-          Activités de suivi, évaluations internes, rapports : SOFEBU (CC, supervision du CA) & BTGRH ;

-          Sensibilisation en Belgique : SOS LS&D.

 

·         Que fait la population et comment ?

 

Toutes les couches de la société sont impliquées dans le projet, individus, institutions et autorités locales, ce qui est un gage d’implication maximum de la population et de durabilité des ouvrages réalisés.

 

Bénéficiaires directs de l’eau : cotisations, recherche des matériaux (parfois loin du site de captage) ; transport sur le lieu de captage situé dans les bas-fonds, inaccessibles aux véhicules (exemple, sable transporté par les femmes sur leur tête) ; creusages, terrassements, sentiers, plantations, confection des briques, etc., notamment par les manœuvres qui sont sélectionnés dans les villages ; quand la source est terminée : petites cotisations, nettoyage et entretien du site, mise en application des règles d’hygiène, transmission des connaissances acquises aux villageois voisins, etc. Ils participent aux activités de sensibilisation et de formation sur l’hygiène de l’eau et prennent conscience de son impact sur la santé, l’importance d’entretenir les biens acquis et de quelle manière. A la fin du projet, ils entretiendront les sources avec les membres des Comités de Gestion de l’Eau qui les représentent.

 

Les écoles primaires et secondaires, paroisses, centres de santé locaux, autorités locales qui bénéficient également de l’eau sont mobilisés et sensibilisés car ils sont des vecteurs importants auprès de la population, au niveau de la mobilisation, sensibilisation, vérification de la mise en application des enseignements reçus, étude de l’impact de l’eau potable sur la population en matière de santé, éducation, revenus, etc.

 

Notons que le projet bénéficie de l’exemple des « 24 sources » déjà réalisées par les mêmes partenaires, ce qui a éveillé l’espoir auprès des villageois voisins de bénéficier eux aussi de l’eau potable accessible et en quantité suffisante.

 

·         Y a-t-il des intervenants techniciens bénévoles étrangers qui aident sur place ?

 

Un ingénieur civil spécialisé en hydraulique, bénévole, membre de l’ONG belge « Ingénieurs Sans Frontières (ISF) » s’est rendu sur place, sur demande de SOS LS&D, lors de l’identification du programme « Eau pour action de santé préventive ». 72 sources d’eau souterraine ont été identifiées, dont les 12 retenues dans cette action. Cet ingénieur continue à superviser les études et rapports techniques qui sont envoyés régulièrement par le BTGRH à SOS LS&D. Les évaluations techniques externes pourraient être effectuées par ISF ou d’autres techniciens bénévoles européens, cependant, lors du projet précédent (24 sources), pour cause d’insécurité persistante dans la région,  l’évaluation externe a été confiée à un expert hydraulicien local. Le rapport d’évaluation a été examiné par ISF, ses remarques ont été transmises par SOS LS&D à SOFEBU & BTGRH.

 

·         Qui gère les sources et les entretient ?

 

La gestion des sources est assurée par les Comités de Gestion de l’Eau (CGE), un CGE par source. Chaque CGE comprend 4 personnes : l’animatrice de la cellule concernée, la présidente du CVD, le fontainier et le chef de localité dans laquelle est implantée la source.  Leur formation est assurée par le BTGRH, à l’issue du projet, 48 personnes seront formées, elles restitueront les compétences acquises aux bénéficiaires ciblés, soit 5.462 personnes réparties dans 9 villages. Les usagers de l’eau sont tenus de participer aux travaux d’entretien et de nettoyage sous la supervision du fontainier. Une fiche de suivi et de maintenance standardisée a été élaborée par le BTGRH, elle est tenue par chaque fontainier, lequel est évalué par l’animatrice de cellule, le Comité de Coordination de SOFEBU et le BTGRH. Une cotisation mensuelle est demandée aux familles pour les frais de fonctionnement et de réparation des ouvrages, gestion assurée par le CVE. Appuis ponctuels financiers des institutions locales. L’engagement des chefs locaux est déterminant.  L’action précédente (24 sources) a prouvé la maîtrise technique du BTGRH et l’efficacité de la méthodologie utilisée dans ce type de projet, dans le Groupement de Burhale.

 

·         Que fait SOS Layettes ? Le montant de sa participation ?

 

Tâches de SOS LS&D :

-          soutien technique et administratif lors de l’identification de l’action ;

-          informations utiles pour assurer la bonne gestion de l’action conformément à la réglementation européenne et belge ;

-          suivi régulier de l’action,  concertation régulière avec les partenaires locaux, afin de veiller au respect de la convention (signée entre SOS LS&D et les partenaires du Sud avant la mise en œuvre de l’action) et à l’exécution correcte des activités - moyens utilisés : téléphone, fax, e-mail, courrier, rapports financiers et narratifs fournis régulièrement par les partenaires, mission sur le terrain, mise en place d’un système de contrôle local grâce à l’appui de la zone de santé et du Comité Anti-Bwaki ;

-          sensibilisation et information du public belge et européen sur l’action  ;

-          recherche et transfert des fonds pour le financement de celle-ci ;

-          veiller aux bonnes règles de partenariat et de concertation mutuelle entre et avec les divers intervenants du Nord et du Sud.

 

Le montant de la participation de SOS LS&D est de 2.908,96 EUR par source, soit 34.907,52 EUR pour 12 sources réalisées. Cette somme provient de dons récoltés par SOS LS&D. Le budget présenté dans le blog concerne les activités financées par SOS LS&D.

 

Ce projet a été soumis par SOFEBU, en continuité avec le projet des « 24 sources » déjà réalisées en cofinancement avec la Commission européenne et dans l’attente de réaliser 36 sources supplémentaires qui ne seraient réalisées qu’en 2008.

 

L’action des « 24 sources » s’est déroulée de manière très satisfaisante pour les populations ciblées et les divers intervenants locaux et internationaux (CE, SOS LS&D). La dynamique de développement est réelle et les villageois pas encore alimentés en eau espèrent trouver les moyens pour participer à cette dynamique et accéder à l’eau potable en qualité et quantité suffisante. La mission de suivi/évaluation que SOS LS&D a effectuée en décembre 2005, a fortement encouragé SOS LS&D à poursuivre les actions en partenariat avec SOFEBU/SOS LS&D/BTGRH au vu des réalisations effectuées et utilisées à la grande satisfaction des usagers de l’eau qui en prennent soin.

 

L’absence d’activités durant au minimum 1 an, aurait été fort préjudiciable pour la population du Groupement de Burhale, zone victime du choléra dans les villages non assainis,  risques de contamination pour les villageois déjà alimentés en eau potable malgré toutes les précautions d’hygiène prise : il est très difficile de retenir des villageois malades qui veulent puiser l’eau aux sources déjà aménagées …, ce qui risquait de compromettre la dynamique du projet.

 

C’est pourquoi à l’appel au secours lancé par SOFEBU, SOS LS&D a dès lors défini une stratégie d’urgence consistant à poursuivre le travail d’aménagement, source par source, en attendant que la CE se prononce sur l’action des 36 sources fin 2007.

 

Etant donné que l’aménagement d’une source coûte environ 3.000 EUR, nous pourrions à la fin 2007 atteindre l’aménagement de 12 sources, si nous arrivons à rassembler l’équivalent de 36.000 EUR.

 

C’est dans ce cadre que nous demandons votre soutien : élargir le rayon de nos donateurs habituels, intensifier  nos contacts extérieurs et faire connaître notre action.

 

·         Y a-t-il d’autres financements ; locaux ; de l’Etat ?

 

Pas de participation de l’Etat ni d’autres organismes publics européens ou autres.

 

Pour ce projet « Secours » nos partenaires locaux et la population ont décidé de faire un effort financier supplémentaire :  budget total estimé : 3.220 EUR par source.

-          les manœuvres sont pris en charge par SOFEBU et le BTGRH ;

-          les personnes budgétisées dans le projet ont accepté une modération de leurs salaires mensuels ;

-          les matériaux locaux (moellons, briques cuites) et le transport local jusqu’au site par les bénéficiaires de l’action ;

-          la location de la camionnette, entretien et carburant supplémentaires, main d’œuvre complémentaire de l’équipe hydraulique non budgétisée dans le blog, les frais de formation : par le BTGRH ;

-          les frais administratifs locaux et le documentaire vidéo, par SOFEBU et le BTGRH ;

 

·         Combien coûtent ces réalisations par source ?

 

Budget total pour une source : 6.128,96 EUR.

 

Pour les familles de Burhale,

Amitiés et à bientôt,

Francine

 

 

 

 

16:14 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burhale, eau, congo, rdc, solidarite |  Facebook |

04/04/2007

Ce n'est pas un poisson d'avril ...

4ème rapport hebdomadaire

 

Deux premières sources réalisées en 2007 : Musimbo et Namushenye

 

Semaine du 26 mars 2007 au 01 avril 2007

 

Ce n’est pas un poisson d’avril … ce sont REELLEMENT deux sources d'eau souterraines qui procurent de la bonne eau potable, en quantité suffisante, faciles d'accès pour tous même pour les femmes enceintes et les enfants ...

 

NATURE DES TRAVAUX

EFFECTUES

MOUVEMENT  

DES TRAVAUX

1

Approvisionnement des matériaux et matériels, ainsi que le déploiement  de la Brigade Hydraulique du BTGRH, dans les villages concernés.

Opération en cours pour l’assainissement du site

2

Elévation des murs des 2 lieux de puisage en moellon pour constituer les lieux de puisage des sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO.

Opération terminée

3

Aménagement, construction des marches et contre marches pour les 2 sources de NAMUSHENYE et MUSIMBO.

Opération terminée

4

Chape des 2 sources d’eau souterraine et installations de 2 préfiltres dans les chambres de visites.

Opération terminée

5

Pose de deux dalles en béton armé pour les chambres de visite (couvercles).

Opération terminée

6

Remblais des captages des 2 sources,  plantation de la pelouse et de la haie anti-érosive en demi courbe vers  la zone de captage.

Opération terminée

7

Raccordement de la conduite d’eau venant des lieux de captage vers les lieux de puisage.

Opération à l’attente du séchage des lieux de puisage

8

Stockage des matériaux pour les 4 prochaines sources d’eau souterraine à installer dans les 4 villages ou localités.

Opération  terminée

9

Réflexion sur l’installation des 2 comités de gestion provisoires pour les 2 sources déjà réalisées.

Opération terminée

 

COMMENTAIRES

 

TECHNIQUE

 

  • Finalement la mission technique mixte SOFEBU-SOS-layettes S&D et BTGRH vient d’achever les 2 premières sources d’eau souterraine prévues pour le Projet Secours 2007. Il n’a pas été facile de combiner 2 sources d’eau souterraine de nature marécageuse dans un petit calendrier de 25 jours ouvrables.

 

  • Naturellement les 2 nappes se comportent bien, le mouvement de la vitesse d’eau, au niveau du sol vers les nappes, se trouve dans les normes autorisées. Le débit est passé de 1 litre/s à 2,2l/s après les captages et la pose de la masse filtrante.

 

  • Nous attendons la saison sèche pour observer la réaction de la nappe aquifère,  ainsi que le mouvement des émergences dans le sol, pour confirmer les résultats des débits, ce qui nous amènera  à justifier le débit réel des 2 sources d’eau souterraines, pour ces 2 villages, sur  2 aspects : Géophysique, Hydrogéologique.

                              

  •  La rivière Namihombo étant située à quelques mètres de la source NAMUSHENYE, voire même de la source MUSIMBO, leurs drains ont été élargis en circuit direct pour un écoulement libre et aplanis, pour éviter les dos d’âne, afin de rabattre la charge  observée pendant les précipitations, au  niveau du site de captage en état vétuste.

 

ANIMATION AUTOUR DE L’ACTION

 

  • Nous observons une grande joie, pour toutes les couches sociales des bénéficiaires directs et indirects, de constater les 2 sources d’eau souterraines NAMUSHENYE et MUSIMBO réalisées. Il y a eu pendant longtemps abandon total  d’autres intervenants, qui justifiaient que la  source NAMUSHENYE était irréalisable, à cause de l’aspect géo-physique qu’elle présentait ; ces intervenants disaient aux bénéficiaires de vider le village, pour aller vivre ailleurs, où l’environnement offrait des sources d’eau souterraines capables de répondre à leurs besoins en eau potable.

 

  • La synergie SOFEBU-BTGRH- SOS Layettes S &D vient  d’enlever l’obstacle socio-technique, culturel, traditionnel, et scientifique qui  était  à l’origine de la non évolution de cette population, innocente et ignorante de leur état ! Aujourd’hui, ces habitants peuvent vivre comme dans les autres villages déjà servis en eau potable.       

 

SOFEBU - BTGRH

 

POUR LES FAMILLES DE BURHALE,

MERCI DE TOUT CŒUR,

Francine

18:02 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burhale, congo, rdc, eau, eau potable, solidarite |  Facebook |

29/03/2007

Nouvelles encourageantes de Burhale

Nouvelles encourageantes de Burhale

 

De nouveau, ces derniers jours, nous arrivent des nouvelles alarmantes du Congo (Kinshasa) et nous craignons une fois de plus pour la sécurité et le bien-être des familles congolaises, cependant, nous essayons de ne pas sombrer dans le découragement, car comme disait Aragon, « Rien n’est jamais acquis à l’Homme » et « Paris ne s’est pas fait en un jour ». Au Brésil, on dit aussi « L’espérance est la dernière chose qui meurt ».

 

L’eau est au cœur des préoccupations mondiales, avec l’annonce que si les actions entreprises se poursuivent au rythme actuel, 60% de la population mondiale risque en 2032 de vivre dans des régions à forte pénurie d’eau.  L’approvisionnement en eau sera l’un des problèmes les plus graves des décennies à venir ; aux Etats-Unis, pays où l’eau a été saccagée, banquiers et industriels poussent à la libéralisation et commercialisation de l’eau, en ne pensant qu’aux profits fabuleux qu’ils pourront faire. Le risque est grand que l’eau ne devienne, plus encore qu’aujourd’hui, un produit de luxe, auquel les plus pauvres n’auront pas droit.

 

Problèmes politique et économique du Congo, problème de l’eau, les familles de Burhale sont au cœur de la tourmente, heureusement les nouvelles sont bonnes : la paix perdure, deux villages supplémentaires seront approvisionnés en eau potable, dès la fin de cette semaine. Les rapports hebdomadaires nous parviennent de nos partenaires, semaine par semaine, et nous voulons partager avec vous, semaine par semaine, les bons moments que vivent les familles bénéficiaires de ces sources.

 

Nous désirons montrer, par ces réalisations, que tout n’est pas négatif et désespérant au Congo, que des Congolais luttent courageusement pour leur survie et celle de leurs enfants, et que cela est possible, dès que des mains amies se tendent et travaillent avec eux.

 

En cela, nous remercions vivement Dany Masson « Kinshasa, RDC, Carnet de notes … » et Olyvo  « les oliviers de Florence » qui, au sein des skynetblogs, nous encouragent.  Nous remercions, tout aussi chaleureusement, les amis du Congo qui font connaître notre action,  les visiteurs de ce blog (3105) qui nous font l’honneur de leur visite et les généreux donateurs. Ces actes concrets sont les jalons qui font que ce projet est maintenant aussi le vôtre et que l’ESPOIR demeure, pour les familles de Burhale, que leur projet 2007 se réalise intégralement.

 

Semaine du 12 mars au 18 mars 2007

 

NATURE DES TRAVAUX

EFFECTUES

MOUVEMENTS

DES TRAVAUX

1

Approvisionnement des matériaux et matériels, ainsi que le déploiement de la brigade hydraulique du BTGRH, dans les villages concernés.

Opération en cours

2

Défrichage des sources d’eau souterraine MUSIMBO et NAMUSHENYE ; déblai et préparation des fossés de protection, en amont des 2 sources d’eau souterraine.

Opération terminée

3

Creusage des fossés de protection, en amont des sources :

MUSIMBO : longueur 1,98m x 0,80 x 0,80

NAMUSHENYE : longueur 104m x 0,80 x 0,80.

Opération en cours

4

Déblais des sources d’eau souterraine MUSIMBO et NAMUSHENYE, recherche des émergences et désorientation des résurgences.

Opération en cours

5

Terrassement des lieux de puisage des sources d’eau souterraine MUSIMBO et NAMUSHENYE,  ainsi que  l’aménagement des sentiers menant aux lieux de puisage.

Opération en cours

6

Préparation des armatures  de la dalle d’assise en béton armé, au lieu de  puisage.

Opération en cours

7

Préparation des différents coffrages pour le coulage de béton pire et armé, ainsi que les dalles pour les chambres de visites.

Opération en cours

8

Réunions mixtes SOFEBU-BTGRH et les Chefs locaux traditionnels pour la programmation des activités.

Opération en cours

9

Visite du responsable du service de l’énergie et hydrocarbure pour voir la continuité du programme sur le terrain.

Opération en cours

 

 

COMMENTAIRES

 

1.    TECHNIQUE

 

·       La source d’eau souterraine NAMUSHENYE : danger de glissements de parois, le déblayage s’effectue avec beaucoup de prudence pour ne pas désorienter les émergences, en biseau dans les parois pour stabiliser les talus, ces derniers sont remplis de rosaces.

·       La source d’eau souterraine MUSIMBO :  naturellement elle est sur une plate forme, le déblayage est organisé techniquement, vérification de la pente du drain d’écoulement vers le lieu de puisage, éviter la charge aquifère dans la surface du bassin du captage, éventuellement, d’autres mesures techniques sont prise au niveau pratique pendant l’injection de la masse filtrante du bassin du captage.

 

  1. ANIMATION AUTOUR DE L’ACTION 

·       Toute la semaine a été occupée, par la mobilisation de la communauté concernée, pour le transport des matériaux (moellons, sable, gravier, briques cuites dans les bas fonds des sources d’eau souterraine), afin d’approvisionner la brigade hydraulique installée dans les différents villages.

·       A la fin de la semaine, en date du 16 mars 2007, la synergie SOFEBU-BTGRH a reçu le responsable du ministère de l’énergie qui est venir se rendre compte de la continuité du programme, mais aussi prendre contact avec la Sœur Responsable du centre de santé de référence de BETHANIE et discuter avec elle de l’impact du projet sur la situation sanitaire locale. Le détail de cette rencontre sera plus explicite dans d’autres rapports.

 

Semaine du 19 mars au 25 mars 2007

 

NATURE DES TRAVAUX

EFFECTUES

MOUVEMENTS

DES TRAVAUX

1

Approvisionnement des matériaux et matériels, ainsi que le déploiement de la brigade hydraulique du BTGRH, dans les villages concernés

Opération en cours

2

Creusage des fossés de protection, en amont des sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO.

Opération terminée

3

Déblais des sources d’eau souterraine MUSIMBO et NAMUSHENYE, recherche des émergences et désorientation des résurgences.

Opération terminée

4

Terrassement des lieux des puisages des sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO.

Opération terminée

5

Préparation des armatures pour les sources d’eau souterraine  NAMUSHENYE et MUSIMBO,  ainsi que les montages des coffrages pour les dalles d’assises en béton armé.

Opération terminée

6

Captages des sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO, assainissement des bassins et injection de la masse filtrante.

Opération terminée

7

Construction de 2 chambres de visite pour les sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO au dessus de la masse filtrante et coulage de 2 dalles en béton armé pour les couvertures des 2 chambres de visite.

Opération terminée

8

Empierrement des dalles d’assises et coulage de 2 dalles d’assises en béton armé.

Opération terminée

9

Elévation des murs des 2 lieux de puisage en moellons.

Opération en cours

10

Construction des marches et contre manches pour les 2 sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO.

Opération en phase terminale

11

Aménagement et assainissement des escaliers authentiques et des sentiers de la source d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO.

Opération en cours

12

Mobilisation pour le transport des matériaux et matériels vers les différents sites.

Opération en cours

13

Réunion pour la programmation des activités de la semaine qui suit et rapports hebdomadaires.

Opération en cours

14

Campagne dans les cellules de SOFEBU et d’autres coins du groupement de Burhale pour la journée internationale de l’eau.

Opération terminée

 

COMMENTAIRES

 

  1. TECHNIQUE

 

·       Il a été observé sur le terrain, les captages des 2 sources d’eau souterraine NAMASHENYE et MUSIMBO, malgré toutes les difficultés techniques observées par la brigade hydraulique,  pendant les recherche  des émergences souterraine de nature marécageuse, avec des talus qui présentaient la possibilité d’effondrer les bassins du captage.

·       La source NAMUSHENYE, située à côté d’une rivière, faible pente pour orienter la conduite vers le lieu de puisage,  cette difficulté technique vient d’être contournée, bien qu’elle présente une distance linéaire non prévue entre les deux conduites posées en parallèle, suite à un fort débit rencontré pendant la recherche des émergences souterraine (débit de 2 litres par seconde).

 

  1. ANIMATION AUTOUR DE L’ACTION

·       Toute la semaine a été consacrée aux travaux de mobilisation et sensibilisation des captages et constructions des 2 sources d’eau souterraine NAMUSHENYE et MUSIMBO, chose réalisée aujourd’hui, la population a la joie de trouver une eau propre  qui coule dans une conduite au niveau des captages vers les lieux des puisages. Le chef du village de la source NAMUSHENYE a offert une poule  à  l’équipe mixte SOFEBU - BTGRH comme symbole d’une grande joie dans son village respectif.

·       La semaine s’est clôturée par la cérémonie de la journée mondiale de l’eau, organisée par les institutions en place et la synergie de BTGRH – SOFEBU, dans les rues de Burhale et la visite de la source d’eau souterraine BUSHUMBA (projet précédent) proche de la route,  par le nouveau administrateur du territoire de WALUNGU la toute première fois en  déplacement, pour voir le résultat des actions SOFEBU -BTGRH.

·       Cette journée s’est écoulée avec plusieurs présentations de poèmes et de chants par des élèves et écoliers (es) relatifs à l’environnement de l’eau potable et des villages assainis.

·       Les chefs du groupement, l’administrateur du territoire, ainsi que les clergés, ont abordé un autre  problème majeur du groupement de Burhale, « l’adduction gravitaire d’eau potable ». SOFEBU, BTGRH et le représentant de la zone de santé de Walungu ont donné quelques explications en rapport avec la démarche en cours au niveau des bailleurs de fonds.

 

SOFEBU-BTGRH

 

POUR LES FAMILLES DE BURHALE,

MERCI DE TOUT CŒUR,

Francine

15:38 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burhale, congo, rdc, eau, eau potable, solidarite |  Facebook |

22/03/2007

22 mars, journée mondiale de l'eau

22 mars 2007, journée mondiale de l’eau,

moment propice pour nous rappeler que l’eau, source de vie, est  vitale à la nature et par conséquent à l’Homme, et que pourtant, l’eau est un produit de luxe inaccessible pour un milliard de personnes, avec le douloureux constat que, chaque jour,  34.000 personnes meurent des maladies dues au manque d’eau …

Ce jour est aussi mon anniversaire de mariage ...

Pourquoi faut-il que dans la vie, toujours, le négatif et le positif se côtoient ? ? ?

 

Pourquoi, lors de cette journée du  22 mars, ne pas réfléchir plus particulièrement à ce problème et poser un geste concret pour qu'ENFIN …  la balance penche vers le positif,  plutôt que vers le négatif  ? ? ?

 

Comme vous le savez déjà (voir les messages précédents postés dans ce blog), le Groupement de Burhale, 40.000 habitants, 42 villages dispersés dans les collines, souffre cruellement du manque d’approvisionnement en eau potable, ce qui a pour conséquence un affaiblissement physique et intellectuel dû aux maladies liées à l’eau (choléra,   typhoïde,  dysenterie, infections gynécologiques, problèmes de nutrition chez les enfants et les mamans, etc.). S’y ajoute une grande pauvreté généralisée et la non scolarisation des enfants, le peu de revenus étant investis dans les frais médicaux. 

 

Et pourtant … Burhale, comme les autres groupements de la région, possède une richesse immense : de nombreuses sources d’eau souterraine qui coulent pour la plupart à volonté, malheureusement, cette richesse est inexploitée et les sources sont  le plus souvent inaccessibles et polluées … 

 

Notre projet veut exploiter cette richesse, en collaboration avec les familles vivant près des sources, en captant, aménageant et protégeant ces sources, et par conséquent ses habitants, contre la contamination extérieure et la dégradation des sols due à la déforestation.

 

2007 est l’année durant laquelle notre projet « Projet Secours 2007 – Eau potable pour action de santé préventive à Burhale, Captage et aménagement de 12 sources d’eau souterraine » doit se réaliser, c’est-à-dire agir pour que 5.462 personnes, principalement des mamans et des enfants, soient sauvés de la mort, de la maladie et de la pauvreté, grâce à l’utilisation d’une eau propre et potable.  Les 3.500 familles des villages voisins, pas encore alimentés en eau potable, bénéficieront aussi indirectement du projet, c’est-à-dire environ 20.000 personnes.

 

Deux sources réalisées sont déjà un très beau résultat pour les 888 personnes bénéficiaires, mais nous voudrions, ce 22 mars, en cette journée mondiale de l’eau, réfléchir avec vous de ce problème et pourquoi pas ? ? ? poser un geste concret, par une petite contribution à notre projet, afin que la troisième source « Cibaya », 378 habitants, puisse être captée et aménagée, au courant du mois d’avril 2007.  Pour qu’enfin, en ce 21ème siècle qui a déjà vu l’arrivée de l’Homme sur la lune, le problème de l’eau soit résolu pour ces 378 personnes.

 

Votre goutte d’eau de vie se mêlera aux autres gouttes, pour nous permettre d’obtenir  finalement la somme de 2.908,96 EUR, montant nécessaire pour réaliser la source de Cibaya.

 

3 sources réalisées en ce début d’année 2007 seront vraiment une très grande satisfaction pour les familles de Burhale qui verront, en 2007, leur vie sauvée et améliorée, grâce à l’utilisation d’une eau de qualité et en quantité suffisante.

 

Merci d’avance de tout cœur d’avoir une petite pensée et un petit geste pour eux.

Pour les Familles de Burhale,

Francine

12:04 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : eau, eau potable, burhale, congo, rdc, justice, solidarite |  Facebook |

20/03/2007

Eau pour tous, l'Espoir devient REALITE

Merci de tout coeur pour votre intérêt à notre blog qui compte maintenant 2.271 visites et 374 sur le forum des blogs.

 

C'est avec beaucoup de joie que je vous fais part, ci-dessous, des dernières nouvelles reçues de Burhale :

 

" C'est depuis le lundi 5 mars 2007 que la brigade hydraulique du BTGRH a été déployée sur le terrain pour débuter les travaux, le lendemain mardi 6 mars 2007. Comme promis, au cours de ce mois de mars 2007, nous réaliserons les deux sources : Namushenye et Musimbo, afin de récupérer le mois de février pris comme début de démarrage du projet Secours 12 sources".

(SOFEBU, E-mail du 10/03/2007).

 

Pour rappel, la source de Namushenye se situe dans le village de Namushenye (480 bénéficiaires) et la source de Musimbo dans le village de Musimbo (408 bénéficiaires). Les deux villages font partie de la localité de Luhoko, une localité comprenant  plusieurs villages. Un Comité de Développement Villageois (CVD) SOFEBU est actif dans chaque village, la philosophie de SOFEBU étant d'être proche de la population.

 

Le premier rapport hebdomadaire nous a été envoyé ce 13 mars 2007. Il décrit brièvement les activités réalisées, du 05 mars au 11 mars 2007 :

 

NATURE DES TRAVAUX EFFECTUES

MOUVEMENTS DES TRAVAUX

1

Approvisionnement des matériaux et matériels, ainsi que le déploiement de la brigade hydraulique du BTGRH, dans les villages concernés.

Opération en cours

2

Défrichage des sources d’eau souterraine MUSIMBO et NAMUSHENYE ; déblai et préparation des fossés de protection, en amont des 2 sources d’eau souterraine.

Opération en cours

3

Implantation des fossés de protection et creusage, afin de détourner les eaux de ruissellement qui intoxiquent les bassins des captages.

Opération en cours

4

Terrassement du lieu de puisage et détermination des sentiers menant au point d’eau, pour les sources d’eau souterraine MUSIMBO et NAMUSHENYE.

Opération en cours

5

Préparation des armatures pour la dalle d’assise en béton armé (lieu de puisage).

Opération en cours

6

Préparation des différents coffrages, en attente du montage pour le coulage de béton pire et armé.

Opération en cours

 

COMMENTAIRES

 

1. TECHNIQUE

 

  • La source d’eau souterraine NAMUSHENYE se trouve à 1.715 m d’altitude (par rapport au lac Kivu), en aval des bénéficiaires. Elle est de nature marécageuse, les émergences sont en tourbillons.
  • La source d’eau souterraine MUSIMBO est à 1.698 m d’altitude. Les émergences sont en tourbillons comme la précédente, elle est située sur une plate forme, ce qui demande une grande précision, lors du déblayage, pour déterminer la pente jusqu’au lieu de puisage, afin d’obtenir une hauteur suffisante entre la cruche usuelle et le tuyau de puisage.

 2.  ANIMATION AUTOUR DE L’ACTION

 

  • Ce projet Secours est très bien accueilli dans la localité de LUHOKO (Sud-Ouest du groupement de BURHALE). Les Chefs de ces deux villages sont très actifs, ils veillent à la conscientisation des communautés. Le transport des mœllons par les bénéficiaires est difficile, l’environnement n’offrant pas la facilité de trouver les mœllons sur place, souvent les bénéficiaires doivent traverser un ou deux villages voisins pour trouver les pierres, tache très difficile, néanmoins l’objectif est d’obtenir « de l’eau potable et des villages assainis ».
  • Le staff de SOFEBU et la brigade hydraulique du BTGRH installée dans les deux villages multiplient les contacts avec les institutions sociales, les Chefs des villages, afin d’augmenter la prise de conscience des autorités, en vue du bien être de la  communauté concernée par l’action.

Grâce à vous, très prochainement, environ 888 personnes vont bénéficier directement des bienfaits de l'eau potable. Nous vous en remercions vivement, car sans votre soutien, le projet n'aurait pas pu démarrer et ces familles (dont de nombreux enfants) ne seraint pas alimentées en eau.

 

Les villageois voisins en bénéficieront également, en attendant qu'une source soit captée dans leur village, ce qui permettra de réduire considérablement la charge de trouver l'eau, en effet, les mamans et les fillettes doivent parcourir de longues distances, sur des sentiers non aménagés et très accidentés (relief montagneux), ce qui rend la corvée de l'eau très éprouvante physiquement et nécessite beaucoup de temps, au détriment d'autres activités telles que la recherche de revenus, la formation, école pour les fillettes, etc.

 

Pour rappel, une source = 2.908,96 EUR, le reste étant pris en charge par nos partenaires congolais et la population locale.

 

POUR LES FAMILLES DE BURHALE,

MERCI DE TOUT COEUR,

 

Francine

 

23/02/2007

Une bonne nouvelle & description projet Secours 2007

Nous avons une très bonne nouvelle à vous annoncer, les deux premières sources vont pouvoir être captées et aménagées dès à présent, deux nouvelles sources de vie vont voir le jour, au grand bonheur des familles de Burhale.

 

Depuis mon dernier message dans ce blog, nous avons récolté la somme suffisante pour deux sources. Nous accusons un petit retard sur le programme, c'est pourquoi nos partenaires ont décidé de réaliser deux sources en même temps, afin de satisfaire le plus grand nombre de familles possible.

 

Nous vous tiendrons au courant via ce blog des activités réalisées sur le terrain.

 

Nous remercions de tout coeur les personnes généreuses qui nous ont permis de récolter la somme suffisante pour réaliser ces deux sources.

 

Vous trouverez la synthèse du projet "Secours 2007 : Eau potable pour action de santé préventive à Burhale, Captage et aménagement de 12 sources d'eau souterraine", ci-dessous, ainsi que le budget en fin de message.

 

Nous comptons sur vous pour pouvoir réaliser une troisième source, puis une quatrième ... et atteindre le maximum "12/12", avec pour objectif l'amélioration de la santé des enfants et des mamans de Burhale.

 

MERCI DE TOUT COEUR.

Pour SOS LAYETTES SOLIDARITE & DEVELOPPEMENT

SOLIDARITE DES FEMMES DE BURHALE (SOFEBU)

BUREAU TECHNIQUE DE LA GESTION DES RESSOURCES HYDRIQUES (BTGRH)

LES FAMILLES DES VILLAGES CONCERNES PAR LES DEUX SOURCES

Francine

 

Projet Secours 2007 Eau potable pour action de santé préventive à Burhale  Captage et aménagement de 12 sources d’eau souterraine        Solidarité des Femmes de Burhale (SOFEBU) Bureau Technique pour la Gestion des Ressources Hydriques (BTGRH – appui technique)SOS Layettes Solidarité & Développement (SOS LS&D)           SOS LS&DRue de l’Ecole Technique 13B 4040 HERSTALTél./fax 00.32.4.264.28.75Email : soslayettes@skynet.bePersonne de contact pour le projet :Francine Zune E-mail : fzune.layettes@skynet.behttp://burhale.skynetblogs.be                                                          Janvier 2007 à Décembre 2007    I. DONNEES RELATIVES A L’ACTION
Dénomination juridique complète S.O.S. Layettes Solidarité et Développement
Acronyme :SOS LS&D
Nationalité:Belge
Statut juridique: Association Sans But Lucratif, numéro entité légale 4106.978.2, 24/08/1967ONG (agrément Coopération Belge 1976)Agrément par le Ministère des Finances pour délivrer  les attestations pour exonération fiscale (don de 30 EUR ou dons cumulés totalisant 30 EUR)
Adresse officielle:Rue de l’Ecole Technique, 13, B-4040 HERSTAL, Belgique
Adresse postale (à laquelle toute correspondance concernant des demandes dans le cadre de cet appel devrait être envoyée).S.O.S. Layettes Solidarité et DéveloppementRue de l’Ecole Technique, 13,  B-4040 HERSTAL, Belgique
N° de téléphone: préfixe pays + préfixe ville + numéro32-4-264.28.75
N° de fax: préfixe pays + préfixe ville + numéro32-4-264.28.75
Adresse électronique de l'organisation:soslayettes@skynet.be
Site Internet pour Burhale (blog) :http://burhale.skynetblogs.be
Personne de contact pour cette action :Francine Zune
Adresse électronique de la personne de contact :fzune.layettes@skynet.be
 
Nom des partenaires locauxSolidarité des Femmes de Burhale (SOFEBU)Bureau Technique pour la Gestion des Ressources Hydriques (BTGRH)
Titre de l’action Projet Secours 2007, Eau potable pour action de santé préventive à Burhale : captage et aménagement de 12 sources d’eau souterraine.
Lieu (pays, région(s) ville(s)Pays : République Démocratique du CongoRégion : Province du Sud-Kivu, Territoire de Walungu, Collectivité chefferie de Ngweshe, Groupement de Burhale, 65 km de Bukavu.
 
Coût d’une source       2.908,96EUR 
Coût total de l’Action (12 sources)       34.907.52     EUR 
Durée de l’Action   12      Mois
II. DESCRIPTION DE L’ACTION             1.      Résumé de l’action 1.1              Brève description de l’action proposée Faisant partie d’un vaste programme à long terme, l’action proposée sera réalisée dans le groupement de Burhale, collectivité-chefferie de Ngweshe, Territoire de Walungu, province du Sud-Kivu, en R.D.Congo.  Burhale est situé à 65 km de la ville de Bukavu, à l’Ouest, sur l’axe routier Bukavu-Mwenga et Bukavu-Shabunda. Le groupement de Burhale est un des groupements les plus peuplés de Ngweshe, environ 40.000 habitants, 42 villages. La population vit de l’agriculture, l’élevage et le petit commerce. Cette population a été fortement meurtrie et appauvrie par les conflits qu’a connu le pays depuis 1996.  Aux multiples problèmes sociaux, économiques et politiques que connaît Burhale est venu s’ajouter un sérieux problème d’approvisionnement en eau potable. Le manque d’eau potable et le recours à l’eau de pluie, l’eau polluée des rivières et des marais, est la cause principale de bien de malaies et du manque d’hygiène. Cela est à l’origine de la recrudescence et de la propagation des maladies d’origine hydrique dont certaines, jadis épidémiques, se vivent aujourd’hui de manière endémique, provoquant une forte mortalité infantile et féminine, ainsi qu’une diminution progressive de la capacité productrice dans le travail, source de revenus. Lorsqu’on ajoute à tout ceci l’enclavement  géographique, l’ignorance en matière de développement communautaire et de gestion des ressources naturelles, ainsi que les troubles socio-économiques des dernières années, Burhale est un environnement de grande pauvreté et de misère qui rendent difficile tout effort de développement.. Afin de répondre au pressent besoin en eau potable et redonner le goût de vivre à cette population, il s’est avéré important de capter et d’aménager quelques unes des nombreuses sources d’eau souterraine dont regorge le groupement de Burhale. Cette action est la seconde d’un vaste programme de desserte en eau potable « Eau potable pour action de santé préventive à Burhale », initié par SOFEBU. C’est donc une action de continuité à long terme visant à améliorer les conditions socio-sanitaires d’une partie de la population (20.000 personnes) qui n’avait pas bénéficié de la première action qui portait dans un premier temps sur 24 sources. Prévoyant de réaliser 12 sources en 12 mois, les activités seront  les suivantes :-          sensibiliser, mobiliser et animer le groupe cible des bénéficiaires ;-          former les animateurs et encadreurs locaux, afin d’assurer le transfert des connaissances dans le domaine de l’eau et de l’hygiène, de la gestion et la maintenance des ouvrages hydrauliques ;-          organiser et former les Comités de Gestion de l’Eau (CGE), un par source aménagée ;-          capter et aménager 12 sources d’eau souterraine ;-          étudier la nappe phréatique, ouvrir les sentiers et les aménager, lutter contre l’érosion et les eaux de ruissellement  sur les zones de captage, en vue d’assurer la durabilité des ouvrages installés ;-          activités d’accompagnement, suivi, évaluations, audits, sensibilisation en Belgique. Cette action sera réalisée par SOFEBU, coordination et interface sociale, techniquement appuyée par le BTGRH, organisme local d’appui qui a pour objectif l’approvisionnement des populations rurales en eau potable, pour améliorer l’hygiène et l’état de santé des populations, source de développement durable, dans un environnement sain et attrayant. La Zone de Santé de Walungu, les autorités et institutions locales encouragent l’action et constituent des éléments facilitateurs.   LISTE DES 12 SOURCES D’EAU SOUTERRAINE PROSPECTEES POUR L’ACTION 
NOM DE LA SOURCENOM DE LA LOCALITENOM  DU VILLAGENOM  DE LA CELLULEDEBIT L/SNBRE BENEFI.
1NamushenyeLuhokoNamushengeLuhoko1,2480
2MuimboLuhokoMusimboLuhoko1408
3CibayaIzirangaboIzirangaboKarhundu0,8378
4KalushambaMwegerheraMwegerhera IMwergerhera1,4540
5CirhahaLuhokoLuhokoLuhoko1510
6KashoziMwegerheraMwegerhera IIMwegerhera1,3444
7KanampanziNjoveNjoveNjove1,1414
8NakangereNjoveNjoveNjove1,3432
9KahongaKarhunduKarhunduKarhundu1,3488
10LushambeBuhaNyakakobaNyakakoba1,4492
11MushebeyeMurhazaMurhazaMurhaza1,2456
12NamwijimbweMwegerheraMwergerhera IIIMwegerhera1,2420
 TOTAL BENEFICIAIRES 12 SOURCES5.462
 2. Pertinence: 2.1              Pertinence de l’action  au regard des besoins et des contraintes du pays et/ ou de la  région ciblés  Notre action se définit comme une action de santé préventive et de lutte contre la pauvreté. Confronté à un sérieux problème d’approvisionnement en eau potable, le Groupement de Burhale, comme les groupements voisins,  se caractérise par une grande pauvreté, un affaiblissement physique et intellectuel dû aux maladies notamment d’origine hydrique. S’y ajoute  la non scolarisation des enfants, le peu de revenus étant investis dans les frais médicaux.  D’énormes difficultés d’accès aux points d’eau potable, dans un milieu très accidenté nécessitent le travail d’aménagement des sources. Selon le Ministère de l’Energie du Sud-Kivu, les actions relatives à l’eau, l’hygiène et l’assainissement permettront d’anéantir le choléra, le Territoire de Walungu étant une des zones victimes de ce fléau.  Les sources aménagées sont prises d’assaut par les villageois voisins, avec  les risques de contamination, malgré toutes les précautions d’hygiène prises dans les villages assainis. Nombreuses sont les sources d’eau souterraine qui ont besoin d’être captées,  aménagées et protégées contre la dégradation des sols due à la déforestation.  2.2                Problèmes à résoudre et besoins à satisfaire Problème à résoudre :Taux de mortalité et maladies élevés liés aux manques d’eau potable accessible et et à la pratique de l’hygiène.Le groupement de Burhale se situe dans la zone touchée par le choléra qui sévit dans les villages non desservis en eau potable,  les 24 sources aménagées sont prises d’assaut par les villageois voisins, avec les risques de contamination, malgré toutes les précautions d’hygiène prises dans les villages assainis. La rupture du programme, dans l’attente de nouvelles actions cofinancées par la CE ou la Coopération Belge, serait très préjudiciable pour la santé de la population ciblée et la dynamique de développement qui est née dans le milieu, suite aux 24 sources d’eau déjà captées et aménagées.  Les besoins à satisfaire sont :-          eau potable en suffisance, accessible à tous, même aux femmes enceintes, aux enfants et aux vieillards ;-          information et formation à l’hygiène et à la santé ;-          allégement de la corvée de l’eau pour les femmes et les enfants ;-          mise en place de structures d’encadrement adéquates ;-          réduction des problèmes sociaux autour des points d’eau, causés par le manque d’eau ou son insuffisance (longues distances à parcourir dans un relief très accidenté, longues files d’attente, conflits autour du point d’eau et dans les familles) ;-          réconciliation dans les foyers, entre autres sources de conflits liés à l’eau, les infections gynécologiques de centaines de femmes (causées par l’eau contaminée), les font soupçonner de MST voire même de VIH/SIDA par leurs époux non sensibilisés au problème ;-          récupération des fonds alloués aux soins de santé pour la scolarisation des enfants ;-          réduction de l’exode rural et de la perte des forces vives du milieu.-          accompagnement au processus démocratique du Congo et contribution au retour de la Paix, par la réalisation d’actions de développement concrètes, avec la population concernée. 2.3               Acteurs impliqués (bénéficiaires finaux, partenaires locaux,  groupes cibles, etc.) -          bénéficiaires directs : 5.462 personnes (en moyenne 455 personnes par source), en majorité des femmes et des enfants. Nombreuses femmes veuves ou abandonnées avec plusieurs enfants. Suite à la guerre et aux pillages à répétition, la pauvreté est généralisée dans tous les villages ;-          s’y ajoutent les villageois pas encore alimentés en eau potable (20.000 personnes, 3.500 familles) et de nombreux déplacés de guerre ;-          Les institutions publiques locales (écoles primaires et secondaires, paroisses) ;-          La zone de santé de Walungu (centres de santé) ;-          SOFEBU, coordinateur et interface sociale de l’action, siège social Burhale-          BTGRH, interface technique, siège social Bukavu.-          SOS LS&D, ONG du Nord. 2.4              Objectifs poursuivis et résultats attendus Objectifs poursuivis :-          Amélioration durable de la santé du groupe cible, la santé étant une des clefs du développement ;-          Eau potable en quantité et qualité suffisante pour tous, en vue de la promotion de l’hygiène, de la santé et du bien-être, dans un environnement attrayant et sain. Résultats attendus :-          12 sources d’eau souterraine sont captées, aménagées, accessibles et bien entretenues ;-          la population est sensibilisée et mobilisée pour la gestion des ressources hydriques, l’hygiène & la santé ;  -          les intellectuels locaux et les Comités de Gestion de l’Eau (CGE) sont formés, la maintenance des sources aménagées est assurée ;-          réconciliation entre les familles et les villages autour de l’eau potable, harmonie dans les foyers  ;-          protection de l’environnement rendu sain et attrayant ;-          scolarisation des enfants ;-          amélioration des conditions socio-économiques ; -          pauvreté réduite ;-          diminution de l’exode rural et retour des forces vives dans le milieu. 2.5              Valeur ajoutée de l’action (par référence à l’action du gouvernement - central ou local - et aux actions mises en application par les autres acteurs non gouvernementaux) Les instances pubiques sont interpellées et sensibilisées à cette problématique pour l’inclure dans une vision globale du pays. L’expérience de cette action apportera, tout comme la précédente, aux autorités locales et autres intervenants, une référence qualitative quant à la mobilisation et à la participation populaire, dans une action de développement. L’action a l’avantage de s’appuyer sur les ressources locales (humaines, sociales, techniques). Même, lorsque  personne n’osait se risquer dans la région, l’action précédente s’est réalisée, avec succès, avec les acteurs du terrain. Protection et amélioration de l’environnement rendu sain et attrayant, ce qui influe sur le moral de la population qui est encouragée à agir pour son développement et celui de sa région.  3. Méthodologie et Durabilité: 3.1              Activités principales du projet -          Mobiliser et animer les bénéficiaires afin de s’assurer la participation de tous ;-          Sensibiliser, former, animer et encadrer les groupes cibles (technologie d’hydraulique rurale, responsabilisation et  maintenance) ;-          Organiser et former les Comités de Gestion de l’Eau (1 CGE par source aménagée) ;-          Capter et aménager 12 sources d’eau souterraine (normes strictes de l’hydraulique rurale, en matière d’hygiène et d’assainissement du milieu) ;-          Ouvrir et aménager les sentiers, fossés de protection en amont des sources, plantes anti-érosive (trypsacum) selon les courbes de niveau, pelouses, drains d’écoulement en aval des sources ;-          Activités de suivi, évaluation, audit et rapports, sensibilisation en Belgique. 3.2              Partenaires principaux  pour la mise en application,  durée de la relation de SOS LS&D avec eux et leur implication dans le projet  -          Institutions locales représentant la population. A travers elles, la population s’engagera à fournir les matériaux locaux et à contribuer  financièrement et physiquement à l’action ;-          Zone de santé rurale de Walungu : appui conseil pour la sensibilisation à l’hygiène et à l’éducation sanitaire. Depuis 1996, partenariat projets cofinancés DGCD & CE. -          SOFEBU, interface sociale : coordination, gestion,  suivi et supervision ; sensibilisation, mobilisation, animation et encadrement. Relations : partenariat SOS LS&D et SOFEBU depuis 1994 ; depuis 1996, projets cofinancés avec DGCD et CE.-          BTGRH, interface technique, conducteur des travaux. Orientation et réalisation des ouvrages,  formation, suivi, évaluation : partenariat depuis 1999.  -          Comité Anti-Bwaki (CAB) : partenaire financier, accompagnement de SOFEBU et supervision financière du projet. Partenariat depuis 1998. Mobilisation, sensibilisation et animation :Elles seront assurées par SOFEBU et plus particulièrement par les cellules concernées par l’action, soutenues par le Comité de Coordination  (CC) de SOFEBU et le BTGRH. A nos jours, la sensibilisation et l’animation sont déjà en cours, elles sont assurées par le CC de SOFEBU (5 personnes), le Comité Villageois de Développement (CVD) de la cellule concernée (4 personnes), les chefs de localités dans lesquelles sont implantées les sources ciblées et deux accompagnateurs du BTGRH. Formation :Elle sera assurée par le BTGRH en collaboration avec le CC de SOFEBU. La formation concernera, en priorité, les membres du Comité de Gestion de l’Eau de chaque source, le CGE étant composé de 4 personnes dont : l’animatrice de la cellule concernée, la présidente du CVD, le fontainier et le chef de localité dans laquelle est implantée la source. Pour 12 sources, 48 personnes seront formées qui feront ensuite la restitution des compétences acquises aux bénéficiaires ciblés, soit 5.462 personnes réparties dans 9 villages. Captage et aménagement des sources d’eau souterraine :Ils seront réalisés techniquement par le BTGRH socialement assisté par SOFEBU. Les bénéficiaires de chaque source concernée sont prêts à fournir et à transporter moellons et briques cuites jusque sur le site du travail. Les tout travaux seront sélectionnés parmi ceux-ci, 15 par source, ils seront encadrés par le BTGRH. Suivi, évaluation, audit :Le suivi sera assuré par le CC de SOFEBU et par le BTGRH, une fois par mois, dans la mesure où une source sera réalisée par mois. Des rapports hebdomadaires seront transmis régulièrement à SOS LS&D, des photos y seront jointes, chaque fois qu’une source sera terminée.L’évaluation sera interne à SOFEBU, au BTGRH et SOS LS&D, de manière concertée et selon l’avancement du projet.Le contrôle financier sera effectué au moyen des rapports financiers et narratifs produits après la réalisation d’une source, soit 12 « audits » pour 12 sources qui comprendront  les rapports hebdomadaires, les rapports financiers et narratifs mensuels soutenus par les pièces justificatives, des photos. Le Père Franco (CAB), partenaire financier, assurera le suivi et le contrôle avec SOFEBU, contresignera les rapports et  informera SOS LS&D. 3.3              Comment le projet atteindra  son objectif de  durabilité Aspect financier : -          Cotisations mensuelles des familles (4,99 EUR/famille/an x environ 910 familles = 4.541 EUR/an) ;-          Appuis ponctuels des Institutions locales ;-          Essai d’activités génératrices de revenus par SOFEBU. Aspect institutionnel : La gestion sera assurée par les Comités de Gestion de l’eau (CGE) : fontainiers formés et supervisés par SOFEBU et l’équipe technique du BTGRH ; Zone de santé et institutions locales : animation continuée, zone de santé : suivi épidémiologique et comités de santé locaux.  L’engagement des chefs locaux formés et  des membres des CGE sera déterminant.   Aspect socio-culturel : La population formée et sensibilisée aura la capacité de garder les résultats de cette action. Comme elle aura participé à l’élaboration de l’action, elle pourra la faire sienne et assurer sa continuité. Elle adoptera une attitude responsable pour la protection des ouvrages acquis.  Intégration du genre pour la gestion de l’hygiène et de la santé, responsabilisation accrue des femmes, mais aussi des hommes et des enfants. Il y aura un changement de mentalité au niveau du partage des responsabilités. 3.4              Effets multiplicateurs -          Autour des sources, les villageois en meilleure santé, sensibilisés et encouragés initieront d’autres projets de développement : hygiène (lavoirs) ; lutte contre la malnutrition et la pauvreté par des actions productives (agriculture, élevage, arbres fruitiers) ; amélioration de l’habitat (fabrication de briques et de tuiles), reboisement. -          Alimentation en eau potable pour les villages voisins non alimentés, en saison sèche. -          Echanges entre les villages ciblés et les autres villages, source d’enrichissement pour tous.-          L’action servira d’exemple pour initier d’autres projets semblables dans la région (Ngweshe) qui regorge de sources non aménagées, source de maladies liées à l’eau dont résultent les conséquences funestes sur la vie et le développement rural.-          Mobilisation des populations facilitée et accrue pour  les partenaires locaux, en faveur d’autres projets de développement, grâce aux résultats acquis par cette action et les précédentes, en matière de développement rural.-          L’action permettra au groupe cible d’être ouvert sur d’autres dynamiques de développement régional.  4. Capacité opérationnelle et expertise:        4.1              Expérience de SOS LS&D  en  matière de gestion de projet Créée en 1967, SOS LS&D a une longue expérience en gestion de projets, Statut d’ONG par la Coopération Belge (DGCD) en 1976.  Projets sur fonds propres ou cofinancés avec la CE, DGCD, Région wallonne (DRI), Communauté française (CGRI). Son expérience s’étend en Asie (principalement en Inde), Afrique (RD Congo, Ouganda, Burkina Faso, Cameroun, etc.), Amérique du Sud (Brésil, Bolivie, etc.). Secteurs d’intervention : accès à l’eau et l’hygiène pour la sécurité alimentaire ; éducation de base et formation professionnelle,  à développer dans les zones rurales défavorisées ou dans les banlieues de grandes améliorations, en priorité les femmes et les enfants. Elle possède les ressources financières, humaines et logistiques pour  mener ses projets à la réussite. Membre d’ACODEV, CNCD (11.11.11), relations avec d’autres ONG belges, notamment avec ISF (Ingénieurs sans frontières) pour l’expertise externe.  4.2              Expérience de SOS LS&D et des  partenaires du Sud concernant les problèmes à aborder

SOS LS&D :

Plusieurs projets ont été réalisés, parmi les derniers, notamment :-          2004-2005 : « Eau potable pour action de santé préventive à Burhale : captage et aménagement de 24 sources d’eau souterraine ». Cofinancement CE, partenariat SOFEBU-BTGRH.-          2002-2005 :  « Projet intégré de fourniture d’eau potable et installations sanitaires, West Bengal, INDE ». Cofinancement CE, partenariat Friends’Society in Social Service (FSSS).  -          Programme 2005-2009 : « Hydraulique villageoise et culture maraîchère, Burkina Faso ». Cofinancement DGCD & DRI. Partenariat Action Micro-Barrage (AMB) et Environnement Mobilisation de l’Eau et Sécurité Alimentaire (EMESA), Provinces Passoré et Kadiogo.Autres projets avec SOFEBU. Un projet « Réinsertion sociale des enfants de la rue », Kampala, Ouganda, cofinancement CE, 2002-2006, partenaire Rubaga Youth Development Association (RYDA). En mai 2005, des représentants de  SOFEBU, RYDA et SOS LS&D se sont rencontrés, à Kampala, au Centre de RYDA. Les résultats de la rencontre ont été très positifs, notamment au niveau de l’échange d’expériences entre nos partenaires de la zone des Grands Lacs (Ouganda et R.D.Congo). Deux projets sont en cours en Inde (West Bengal), Partenaires FSSS et YWCS (Youth Welfare Cultural Society), cofinancement CE,  2006-2008, dans le même secteur de l’eau, hygiène et santé, les premiers résultats sont très satisfaisants. SOFEBU :Créée en 1990. Objectif : amélioration des conditions de vie des mamans et des enfants. Secteurs : sécurité alimentaire, eau et hygiène, revenus pour les femmes & éducation préscolaire des enfants. Petits projets ponctuels, expérience de 10 ans dans la gestion de projets : -          « Soutien aux activités agricoles, coopérative et mobilisation des femmes solidaires de Burhale », cofinancement avec DGCD et SOS LS&D, 1996 à 2003.-          « Sensibilisation et formation des encadreurs locaux et fontainiers avec captage de deux sources d’eau souterraine, Burhale»,cofinancement DGCD et SOS LS&D, 1999, avec BTGRH (formation).-          « Eau potable pour action de santé préventive à Burhale: captage et aménagement de 24 sources d’eau souterraine », cofinancement CE-SOS LS&D, BTGRH (expertise technique), 2004-2005.Grâce à son encrage dans le milieu social local et ces expériences soutenues par des formations et des sensibilisations, SOFEBU est capable de gérer cette action dans les conditions optimales. A ses expériences sociales et administratives (techniques de sensibilisation, mobilisation, accompagnement, contrôle) s’ajoutent les expériences techniques de son partenaire (BTGRH), dans l’hydraulique rurale. Le partenariat SOFEBU-BTGRH vient de réaliser l’action « 24 sources » à la grande satisfaction des bénéficiaires, des partenaires locaux et de SOS LS&D. Depuis sa création, SOFEBU est un partenaire apprécié de la Zone de Santé de Walungu, pour la sensibilisation et la mobilisation des femmes, dans les secteurs de l’hygiène et de la santé.  BTGRH :Depuis sa création (1997), 6 adductions gravitaires d’eau potable, zones de santé rurales Ile d’Idjwi, Nyangezi et Walungu (43.600m).  75 sources d’eau souterraine captées et aménagées, zones de santé Province Sud-Kivu, (2.464m), aménagement et assainissement des sentiers. Formation des CGE et des ommunautés, 5 zones santé Sud-Kivu, etc. Depuis 2003, protocole de partenariat avec SOSLS&D-SOFEBU : études hydrauliques, captage et aménagement de 24 sources, animations, séminaires de formation « eau, hygiène,  assainissement et analyse de la pauvreté, prévention de bilans hydriques dans les familles », pour les animateurs et les encadreurs (SOFEBU,  fontainiers, CGE, autorités locales, enseignants, personnel de santé, paroisses), étudiants, femmes. Modules adaptés, recherche scientifique sur la plante « DRACAENA » très utilisée pour les clôtures des captages de sources d’eau souterraine, pourtant accusée de contaminer la nappe phréatique (certificat d’analyse), guide pratique, banque de données, documentaires pour les communautés, le personnel de santé, les étudiants stagiaires en santé publique et développement rural. Actions complémentaires pour les projets d’urgence des ONGS humanitaires et ONGDS locales, afin de pérenniser leurs actions, au profit de la communauté concernée. Illustration et documentaire pratique « 24 sources » SOFEBU-BTGRH-SOS LS&D-CE. 5. Durée et plan d’action Afin de répondre aux besoins urgents de la population du groupement de Burhale,  zone touchée par le choléra, ce projet est un « Projet secours » à réaliser en 2007.  Une source sera réalisée chaque fois que SOS LS&D aura récolté le montant de 2.908,96 EUR (prix pour une source).  12 sources devraient être réalisées en 12 mois, total de l’action 34.907,52 EUR. 6. Budget de l’action Voir ci-dessous. Contributions locales  En plus de ce budget, les contributions locales seront les suivantes :-          Les manœuvres seront pris en charge par SOFEBU et le BTGRH ;-          Les matériaux locaux (moellons, briques cuites) et le transport local jusqu’au site, par  SOFEBU ;-          La location de la camionnette, la main-d’œuvre complémentaire de la brigade hydraulique, la formation,  par le BTGRH ;-          Les frais administratifs locaux et le documentaire vidéo, par SOFEBU et le BTGRH.    
Pour plus d’informations, s’adresser à SOS LS&D via le blog http://burhale.skynetblogs.be ou par e-mail : fzune.layettes@skynet.be Compte N° 240-0662000-76SOS Layettes Solidarité & Développement

rue Ecole Technique 13,

B 4040 HERSTAL

Avec la Mention : « Sources Burhale, Congo » 

 

 

 

Budget demandé pour 1 source d'eau souterraine

Rubrique

unité

nbre unités

coût unitaire

Coût total

Coût total

USD

USD

EUR

1. Equipement matériel et fourniture   
Captage et aménagement des sources   
       d'eau souterraine (E.S.)   
1.1. Captage de la source   
          Mur de barrage en béton   
- Ciment inter lacSac618108.0083.08
- Fer à béton torsadé 8 mmPièce2816.0012.31
- Fil de ligatureKg122.001.54
- Planche de voligePièce10880.0061.54
- Clou de 5 cmKg122.001.54
- Chaux hydrauliqueKg11010.007.69
- Gravier 8/1614040.0030.77
- Sable lavé11818.0013.85
Total 1.1.   276.00212.31
1.2. Injection masse filtrante et chape   
          de la source d'E.S.   
- Ciment inter lac

Sacs

31854.0041.54
- Sable lavé

11818.0013.85
- Gravier 8/16

14040.0030.77

Total 1.2.

   112.0086.15
1.3. Construction chambre de visite   
- Ciment inter lacSacs21836.0027.69
- Sable lavé0.5189.006.92

Total 1.3.

   45.0034.62
1.4. Dalle de recouvrement en béton    
            chambre de visite   
-Ciment inter lacSacs11818.0013.85
- Sable lavé0.125182.251.73
- Fer à béton torsadé 8 mmPièce188.006.15
- Gravier 8/160.125405.003.85
- Fil de ligatureKg122.001.54

Total 1.4.

   35.2527.12
1.5. Construction du lieu de puisage coulage dalle d'assise en béton armé   
   
- Ciment inter lacSacs41872.0055.38
- Sable lavé11818.0013.85
- Gravier 8/1614040.0030.77
- Fer à béton torsadé 8 mmPièce8864.0049.23
- Fil de ligatureKg326.004.62
- Planche de voligePièce2816.0012.31
- Clou de 5 cmKg0.521.000.77
Total 1.5.   217.00166.92
1.6. Elévation des murs   
- Ciment inter lacSacs51890.0069.23
- Sable lavé1.51827.0020.77
Total 1.6.   117.0090.00
1.7. Construction sentiers, marches et   
          contre marches en béton armé   
- Ciment inter lacSacs618108.0083.08
- Fer à béton torsadé 8 mmPièce9872.0055.38
- Fil de ligatureKg326.004.62
- Sable lavé21836.0027.69
- Gravier 8/1614040.0030.77
Total 1.7.   262.00201.54
1.8. Tuyauterie PVC & AG lieu de puisage   
- Tuyaux PVC 50 mm PN 10Pièce625150.00115.38
- Tuyaux AG 1" 1/2Pièce0.54020.0015.38
Total 1.8.   170.00130.77
1.9. Accessoires de pause   
- Coude PVC 50 mm PN 10Pièce155.003.85
- Té PVC 50 mm PN 10PVC2510.007.69
- Pré filtre diamètre 50 mm PN 10PVC11212.009.23
- Colle tengitKg0.25369.006.92
- DécapantLitre0.25369.006.92

Total 1.9. 

45.00

34.62

Total 1

   1.279.25984.04
2. Ressources humaines   
1 ingénieur technicien hydraulique, cordonnateurH/jrs30Prime200.00153.85
technique temps plein BTGRH sur le terrain   
2 maçons brigade hydraulique BTGRHH/jrs60Prime145.00111.54
1 responsable administratif et financier SOFEBUH/jrs30Prime120.0092.31
4 animatrices Comité Coordination SOFEBUH/jrs120Prime120.0092.31
1/j/persx30=30/mois/pers   
12 animatrices CVD SOFEBUH/jrs360Prime180.00138.46
0,5/j/persx30=15/mois/pers   
12 fontainiers  0,5/j/persx30=15/mois/persH/jrs360Prime180.00138.46
12 chefs locaux idem 0,5/persx20 =10/mois/persH/jrs240Prime120.0092.31

Total 2.

   1.065.00819.23
3. Frais de séjour équipe technique   
6 personnes temps plein sur terrainH/jrs1202.71325.00250.00

Total 3.

   325.00250.00
4. Frais de transport    
4.1. Location benne : transport matériaux 300.00230.77
A/R Bukavu-Burhale par véhicule 65 km   
4.2. Carburant de supervision camionnetteLitre2001.2240.00184.62
       4X4   
4.3. Entretien camionnette 4X4 65.0050.00

Total 4.

   605.00465.38

Total frais R.D.Congo

   3.274.252.518.65
      
Frais d'évaluation SOS LS&D   260.00200.00
Total frais directs  3.534.252.718.65
Frais administratifs de SOS LS&D 7% 247.40190.31

TOTAL 1 SOURCE

3.781.65

2.908.96

TOTAL 12 SOURCES

45.379.7734.907.52
Taux de change : 1 EUR = 1,30 USD

 

19:50 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burhale, congo, rdc, eau, eau potable, solidarite, naissance |  Facebook |

11/01/2007

Premier message 2007

Chers Skynet blogueurs,

 

15 jours déjà depuis mon dernier message vers vous, en 2006. J’espère que l’Année 2007 a bien commencé pour vous et ceux que vous aimez. Je vous la souhaite la plus heureuse possible. Avez-vous vu mes messages envoyés en fin d’année ? Si oui, qu’en pensez-vous ? Si non, je vous invite à les lire sur le site  http://burhale.skynetblogs.be ; Tag : Burhale. Le nom de mon blog « Eau source de vie, Burhale, R.D. Congo ».

 

Ce nouveau blog est né le 19 Décembre 2006, à la veille de Noël.

Il compte à présent 318 visiteurs, je suis contente de ce résultat, surtout que « Olyvo » a créé un lien sur son site « http://lesoliviersdeflorence.skynetblogs.be » vers le nôtre, pour nous aider à élargir notre horizon. Je le remercie beaucoup. J’espère que vous viendrez de plus en plus nombreux pour le visiter. Venez aussi discuter avec moi de nos amis du Congo, dans le forum des blogs, thème Burhale,  créé ce jour même.

Je vous attends avec impatience et d’avance merci.

 

Dernières nouvelles :

Nos amis de Burhale ont reporté tous leurs espoirs sur nous. Leur plus grand souhait, pour que ce début 2007 les mène vers une meilleure vie, dès 2007, surtout pour leurs enfants, est de  commencer une première source, dès la fin de ce mois. Pour cela, nous devons récolter au moins 2.908,96 EUR, montant nécessaire pour réaliser une source.

Nous y aiderez-vous ? A la vue de l’expérience passée, nous pouvons vous assurer qu’avec votre aide, une action de développement durable sera réalisée avec nos amis de Burhale. Contactez-nous, dès à présent, via notre blog ou le forum des blogs, en versant un don et/ou en créant un lien sur votre blog vers le nôtre. Pour plus de renseignements sur SOS Layettes Solidarité & Développement (SOS LS&D), nos partenaires du Sud (SOFEBU : Solidarité des Femmes de Burhale & BTGRH : Bureau Technique pour la Gestion des Ressources Hydriques, Bukavu) et sur notre action, vous pouvez aussi me contacter par e-mail : fzune.layettes@skynet.be. Merci de tout Cœur, pour nos amis de Burhale et du Congo.

  

SOUTIEN - DON

Je rappelle que l’ONG « SOS LS&D (reconnue par le Ministère de la Coopération Belge, première année de reconnaissance 1976) délivre un certificat d’exonération d’impôt pour tout don équivalent à 30 EUR (ou dons cumulés dont le montant annuel atteint 30 EUR). Nous vous tiendrons informés via ce blog et/ou le périodique de SOS LS&D, chaque fois qu’une source pourra être réalisée et de son suivi sur le terrain. Nous proposons que chaque don soit versé sur le compte FORTIS N° 240-0662000-76 de SOS LS&D, rue Ecole Technique 13, B 4040 HERSTAL, Belgique, avec la mention « Sources Burhale Congo », afin de nous permettre d’orienter votre don vers sa destination. Merci.

Je vous enverrai bientôt quelques nouvelles photos.

 

A bientôt,

Francine

18:49 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : zune, fraternite, walungu, kivu, congo, paix, justice, eau |  Facebook |