21/10/2008

Exelia

La source d'eau souterraine Cirhaha, Village de Luhoko, Groupement de Burhale, Sud Kivu, RDC

Réalisée grâce au don de  3.000 EUR (valeur d'une source) offert par Exelia - groupement d'avocats. 

14/07/08-03/08/08

510 femmes et enfants, plus de nombreux bénéficiaires indirects (villages voisins, réfugiés qui fuient les combats ...) bénéficient désormais d'une eau potable, source de santé et d'une vie meilleure.

Nous les remercions de tout coeur.

mcl11
mcl12
mcl13
3 animatrices de SOFEBU

mcl14
Réunion du Comité de coordination de SOFEBU avec Marie-Claire Ruhamya

de gauche à droite : Vincent (administrateur administratif et financier), Juliette et Consolate (animatrices), Lievin (administrateur), Florence (animatrice) et Marina (coordinatrice en fonction, rotation des animatrices tous les 6 mois pour dynamiser la fonction des animatrices sur le terrain).

Photos prises lors de la visite de Marie-Claire, à Burhale, du 12 au 21 août 2008

Dés que SOFEBU nous aura envoyé la photo parrainée par Exelia avec l'indication des participants à sa réalisation, nous l'éditerons sur ce blog.

Merci de tout coeur à tous ceux qui collaborent solidairement à notre action, ainsi qu'à Olyvo http://lesoliviersdeflorence.skynetblogs.be/, qui nous soutient fidèlement et généreusement depuis le début de la création de ce blog.

Amicalement,

et bonne soirée à tous,

N'oubliez pas un petit mot d'amitié sur notre blog de Burhale, je me sens un peu seule ce soir ...

francine



Vivaqua une eau pour la vie

La source d'eau souterraine Cibaya, Village de Izirangabo, Groupement de Burhale, Sud Kivu, RDC

Réalisée grâce au don de  3.000 EUR (valeur d'une source) offert par VIVAQUA, société belge de production d'eau potable, "Une eau pour la vie".

Inaugurée le 30/06/07.

378 femmes et enfants, plus de nombreux bénéficiaires indirects (villages voisins, réfugiés qui fuient les combats ...) bénéficient désormais d'une eau potable, source de santé et d'une vie meilleure.

Nous les remercions de tout coeur.

mcl6
mcl7
mcl8
mcl9
mcl10

Photos prises lors de la visite de Marie-Claire Ruhamya, à Burhale, du 12 au 21 août 2008.

31/03/07

Source d'eau souterraine Namushenye, village de Luhoko, Groupement de Burhale, Sud Kivu

Inaugurée le 31/03/07

Réalisée grâce au don de 3.000 EUR (valeur d'une source) versé par une généreuse donatrice qui préfère rester anonyme.

Grâce à elle, 480 femmes et enfants, plus de nombreux bénéficiaires indirects (villages voisins, réfugiés qui fuient les combats ...) bénéficient désormais d'une eau potable, source de santé et d'une vie meilleure.

Nous la remercions de tout coeur.

mcl1

mcl2

mcl3

 

mcl4

mcl5

Photos prises lors de la visite de Marie-Claire Ruhamya, à Burhale, du 12 au 21 août 2008.

08/10/2008

Eau potable villages Luhoko et Njove (4)

Fin des travaux de captage et d'aménagement des sources Kashozi, Kanampanzi & Nakagere

Semaine du 21/09 au 28 septembre 2008 (4) 

NATURE DES TRAVAUX EFFECTUES

MOUVEMENT DES TRAVAUX

01

Elévation des murs des sources d’eau souterraine : Kashozi, Kanampanzi, Nakangere

 

Opération  terminée

02

Crépissage et finissage des sources d’eau souterraine : Kashozi, Kanampanzi, Nakangere

Opération  terminée

03

Finissage des marches et contre marches

 

Opération  terminée

04

Coulage des trois dalles pour le recouvrement des 3 chambres de visite pour le contrôle des émergences souterraines

Opération  terminée

05

Aménagement et assainissement des sentiers des sources d’eau souterraine

Opération  continue par les bénéficiaires  concernés

06

Sensibilisation et mobilisation de la communauté pour le respect des règles d’hygiène

Opération continue

07

Remise partielle des ouvrages aux comités de gestion de l’eau, en attente de la formation

Opération terminée

 Commentaire :

 Technique

 1.1. Les ouvrages sont terminés sur le plan technique, l’aménagement et l’assainissement des sentiers authentiques sont en cours, avec la brigade hydraulique permanente sur les sites. Les travaux n’ont pas été faciles compte tenu du retard enregistré dans le plan d’action.

 1.2. Nous venons de rabattre techniquement les pentes des sentiers authentiques, observées à 85% vers les lieux des puisages, afin de permettre à toute catégorie d’âge de descendre à la source d’eau souterraine et puiser l’eau potable sans difficulté.

 1.3. La maintenance des ouvrages est assurée provisoirement par les membres des différents comités, en attente d’une formation appropriée.

  2.Animation autour de l’action

2.1. La sensibilisation et la mobilisation continuent pour amener la population à respecter les différentes règles d’hygiène et à quitter totalement les préjugés ancestreux (eau régie par les ancêtres) qui ont bloqué leur évolution socio-culturelle et économique.

  2.2 Les chefs des villages présentent les jours des remises partielles des ouvrages aux bénéficiaires concernés.  3 poules ont été remises à la brigade hydraulique, comme un geste de remerciement de la tradition aux donateurs, ils ont remercié sincèrement SOS-Layettes S&D (et les généreux donateurs) avec l’OIF pour avoir pensé à alimenter leurs villages,  si  éloignés, qui étaient toujours les victimes du cholera chaque saison. « Désormais nos frais de santé seront réduits et nous jouiront de  l’existence comme tous les autres » a dit  une dame de 65 ans très active chaque matin au site, pour amener sa pierre de contribution  comme apport local.     

Pour la SYNERGIE SOFEBU-BTGRH

Bientôt nous recevrons des photos de Burhale qui illustreront les travaux réalisés sur ces 3 sources.

A bientôt et bonne soirée à tous,

Francine

 

 

15:45 Écrit par Francine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, enfants, femmes, eau, congo, solidarite, rdc, burhale, kivu |  Facebook |

01/10/2008

Paix et démocratie

Pour infos et réflexion ...

Bonne lecture à vous qui nous faites l'honneur de votre visite,

N'hésitez pas à nous laisser un petit mot pour nous encourager ... et à créer un lien sur votre blog ... et aussi à venir nous rejoindre sur VeoSearch ...

http://www.veosearch.com/be/soslayettessolidaritedevelopp...

Merci de tout coeur et bonne fin de journée,

Francine

 

MONUC : LA FIN DE LA MISSION

Congo (RDC) | Paix et démocratie

Kinshasa, le 16 Septembre 2008

N/Réf.:1089/COJESKI/CN/08/uf

A Son Excellence Monsieur BAN KI-MOON
Secrétaire Général des Nations Unies
United Nations Headquarters
1 UN Plaza, DC1-1228
New York, N.Y. 10017
United States of America.

Concerne : Fin du Mandat de la MONUC en République
Démocratique du Congo

Excellence Monsieur le Secrétaire Général,

Nous avons l’honneur de vous adresser nos compliments
et vous transmettre le présent, pour solliciter par votre canal auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la fin du mandat de la Mission des Nations Unies en République Démocratique du Congo (MONUC) ce 31 Octobre 2008.

En effet, après 48 ans d’accession de la République Démocratique du Congo à la souveraineté internationale
( 1960-2008 ) durant lesquels le pays a été astreint à 42 ans d’un système politique dictatorial ( 1965-2006 ), 15 ans de transition politique (1990 – 2005 ), 07 ans des conflits armés internationalisés ayant occasionnés plus de quatre millions des morts parmi les populations civiles et sans défense ( 1996-2003) , 03 ans de la gestion consensuelle du pays et la privatisation de la vie publique nationale par des seigneurs des guerres pourtant présumés auteurs des crimes imprescriptibles perpétrés en République Démocratique du Congo ( 2003-2006) et 09 ans de la présence sur terrain en République Démocratique du Congo de la plus grande, la plus importante et la plus budgétivore mission de maintien de la paix des Nations Unies ( 1999-2008 ) ; Les populations Congolaises continuent à être abandonnées à leur triste sort dans tous leurs domaines vitaux en dépit des 52 résolutions déjà adoptées au total par le Conseil de Sécurité des Nations sur la RDC pour la seule période de 1997 à 2008, un record de tous les pays qui frise à suffisance que la RDC est bel bien sous le protectorat des Nations Unies .

La Situation générale de la République Démocratique du Congo se résume en 12 points suivants pour lesquels la Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) et le Conseil de Sécurité des Nations Unies n’ont pas pu trouver des solutions durables :

1) La MONUC et les NATIONS UNIES ne veulent pas comprendre que la paix et la sécurité en République Démocratique du Congo, restent tributaires de l’organisation rapide du dialogue Inter Rwandais, un dialogue global et inclusif qui devrait réunir sur une même table toutes les forces vives du Rwanda venant de trois communautés ethniques principales du pays à savoir les Hutus, les Tutsis et les Twa. Ce dialogue inter Rwandais faciliterait les opérations DDRRR des Ex FAR et Interhamwe qui sèment désolation dans plusieurs localités congolaises qu’ils occupent depuis 1994 ;

2)La MONUC et les NATIONS UNIES ne veulent pas comprendre que toutes les causes lointaines et immédiates des conflits qui ont déchirés le tissu socio-économique de la République Démocratique du Congo depuis 1994 jusqu’à nos jours, tirent leurs origines du Rwanda et que les populations congolaises sont simplement victimes de l’exportation sur le sol congolais du conflit cyclique Rwando-Rwandais (1959-1994) ;

3) La MONUC et les NATIONS UNIES n’ont pas pu comprendre qu’elles étaient appelées en maintes reprises à tout mettre en œuvre pour que la PAIX et la SECURITE en République Démocratique du Congo soient rapidement effectives et durables, en vue d’éviter les erreurs historiques et fort regrettables commises de part le monde, par la majorité des missions de maintien de la paix des Nations Unies (A partir de 1992, les interventions de l’ONU semblent être reléguées au seul mandat humanitaire de l’Organisation. Ainsi, la mission de l’ONU en Angola (Unavem, 1989-1997) n’empêche pas la quasi-destruction du pays, en dépit de nombreuses tentatives de résolution de la guerre civile. L’envoi de la Forpronu (Force de protection des Nations unies, 1992-1996) en ex-Yougoslavie ne réussit à arrêter ni la poursuite des hostilités, ni les opérations « d’épuration ethnique », ni le massacre des habitants des « zones de sécurité » établies par le Conseil de sécurité sans qu’aient été prévus les moyens de les protéger contre les attaques de l’armée serbe. Les puissances occidentales, soit au moyen du Conseil de sécurité, soit des « groupes de contact » restreints, ne parviennent pas à s’entendre sur une politique commune à l’égard du conflit yougoslave. Les soldats de la Forpronu en sont réduits à constater les violations des droits de l’homme et la destruction des villes, en tentant de protéger les convois d’aide humanitaire. Pour l’opinion publique internationale, c’est une impression d’incompétence, d’hésitations et de maladresses qui domine. En 1994, le départ sans gloire de la mission d’assistance des Nations unies au Rwanda (MINUAR), alors que le génocide qui s’y prépare fera plusieurs centaines de milliers de morts, est loin d’améliorer cette image négative. Par ailleurs,la Mission d'observation des Nations Unies en Ouganda - Rwanda (MONUOR) chargée d'observer la frontière entre l'Ouganda et le Rwanda et vérifier qu'aucune aide militaire ne parvienne au Rwanda. ( 1993-1994 ), n’est pas arriver à réaliser son mandat car l’Ouganda a continué à aider militairement le Front Patriotique Rwandais (FPR ) jusqu’à l’assassinat du Président Rwandais Juvénal Habyarimana et à la prise du pouvoir à Kigali par le FPR. Dans l’ex-Congo belge (actuelle République démocratique du Congo), le gouvernement central congolais, menacé par des forces rebelles, fait appel à l’ONU en 1960. Une force internationale de 20.000 hommes est envoyée dans le cadre de l’opération des Nations unies au Congo (ONUC). L’élimination physique du 1er Premier Ministre de la RDC, Monsieur Patrice Emery Lumumba, dans laquelle l’ONU a une part de responsabilité, provoque les protestations de l’URSS. Ce n’est qu’en 1964 qu’intervient le retrait des forces onusiennes de l’ONUC, Opération des Nations unies au Congo (ONUC) établie pour assurer le retrait des forces Belges, rétablir l'ordre public et maintenir l'unité du pays (intervention contre la rébellion katangaise) ;

4) Les NATIONS UNIES sont appelées à comprendre que l’heure du départ de la MONUC est arrivée car elle n’a plus des valeurs ajoutées et que son mandat sur le sol congolais a pris fin. La paix et la sécurité en République Démocratique du Congo passent impérativement par la lutte contre l’impunité. La présence des Nations Unies sur le sol Congolais ne peut en aucune manière cautionner la sacralisation ou l’institutionnalisation de l’impunité sous toutes ses formes ;

5) La MONUC et les NATIONS UNIES sont appelées à comprendre qu’elles ont une certaine responsabilité par rapport aux massacres à grande échelle, aux violations systématiques du Droit International Humanitaire et aux crimes imprescriptibles qui ont été perpétrés sur le sol congolais durant toute la période de leur déploiement dans les coins et recoins de la République Démocratique du Congo (1999-2008). Les populations congolaises se souviennent toujours de l’échec de l’ONUC en République Démocratique du Congo ;

6)La MONUC et les NATIONS UNIES n’ont pas pu comprendre qu’elles avaient le devoir de protéger et de renforcer les capacités opérationnelles des Institutions démocratiques et constitutionnelles issues des élections libres et transparentes de 2006 en République Démocratique du Congo. Ces institutions provinciales et nationales ne doivent en aucune manière être victimes des pratiques criminelles et terroristes sous la présence des Nations Unies en RDC. Les Nations Unies ne doivent en aucune manière protéger un criminel du genre KARUMUNA NKUNDABATWARE Laurent, présumé principal auteur des crimes imprescriptibles perpétrés à Kisangani, à Bukavu et au Nord-Kivu ;

7)La MONUC et les NATIONS UNIES ne veulent pas comprendre qu’ils ont le devoir d’accompagner les populations congolaises en vue de la pleine jouissance de leur légitime et inaliénable droit à l’autodétermination. Les Nations Unies ont une lourde responsabilité en assistant impuissamment et/ou en cautionnant tacitement les pillages sans cesse des ressources minières, forestières et énergétiques de la République Démocratique du Congo par les puissances dominantes à travers leurs entreprises multinationales et transnationales ;

8)La MONUC et les NATIONS UNIES ont oublié qu’elles ont le devoir de contribuer énormément à l’établissement d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo, un pays en reconstruction post-conflits. Pour établir l'Etat de droit en RDC, il est important et capitale de procéder au vetting / assainissement des Institutions publiques, notamment à l'exclusion des rangs de la police et de l'armée tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre se sont rendus coupables d'abus envers la population durant toute la période des guerres et de transition politique dans notre pays (1996 - 2003). Il est également important que notre armée et notre police assainies puissent bénéficier des programmes de formation intégrant les principes fondamentaux des droits de l'Homme et du Droit International Humanitaire ;

9)La MONUC et les NATIONS UNIES ont oublié qu’elles étaient appelés à tout mettre en œuvre pour aider la République Démocratique du Congo à se doter de deux institutions citoyennes indispensables pour consolider la fragile démocratie et l’Etat de Droit en gestation, à savoir : Une nouvelle Commission Vérité et Réconciliation ainsi que la Commission Nationale des Droits de l’Homme ;

10)La MONUC ne veut pas respecter scrupuleusement en tout lieu et en tout temps, les termes de son mandat qui par ailleurs doit s’inscrire dans le temps. A la fin de son mandat, la MONUC est appelée le cas échéant à se retirer de la République Démocratique du Congo en laissant ses prérogatives aux agences traditionnelles des Nations Unies présentent en République Démocratique du Congo.

11)Le Conseil de Sécurité des Nations Unies est appelé à son tour à adopter un Plan Marshall pour la reconstruction globale du République Démocratique du Congo et à revoir le niveau d’application de l’ensemble de ses résolutions 52 au total adoptées pour la République Démocratique du Congo durant la période allant de 1997 à 2008. La majorité de ses résolutions ont été exécuté en moitié et d’autres classées sans suite. Nous ne faisons pas ici allusion à d’autres résolutions sur la RDC adoptées par la Commission Droits de l’homme des Nations Unies / Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et l’Assemblée Générale des Nations Unies. Il s’agit notamment des résolutions suivantes du Conseil de Sécurité des Nations Unies :

1097/1997, 1234/1999,1258/1999, 1273/1999, 1279/1999, 1291/1999, 1304/2000, 1316/2000, 1323/2000, 1332/2000, 1341/2001, 1355/2001, 1376/2001, 1399/2002, 1417/2002, 1445/2002, 1457/2002, 1468/2002, 1484/2002, 1489/2003, 1493/2003, 1499/2003, 1501/2003, 1522/2003, 1533/2003, 1552/2003, 1555/2004, 1565/2004, 1592/2005, 1596/2005, 1616/2005, 1621/2005, 16282005, 1635/2005, 1649/2005, 1653/2006, 1654/2006, 1669/2006, 1671/2006, 1693/2006, 1698/2006, 1711/2006, 1736/2006, 1742/2007, 1751/2007, 1756/2007, 1768/2007, 1771/2007, 1794/2007, 1797/2008, 1799/2008, 1804/2008 et 1807/2008 ;

12)La MONUC doit maintenant fermer ses portes en République Démocratique du Congo car elle n’a plus des raisons d’être. En effet, La MONUC a été créée le 30 novembre 1999 par la résolution 1291 du Conseil de Sécurité suite aux Accords de Lusaka. C’est actuellement la plus importante des 18 missions de maintien de la paix de l'ONU. Elle est également la plus coûteuse avec un budget annuel de près de 1 milliard de dollars US. Son mandat s’était principalement reparti en quatre phases :

- La première phase axée sur l’application des accords de cessez-le feu de Lusaka(phase accomplie);

- La seconde phase sur le suivi de toute violation à travers les canaux appropriés (phase accomplie);

- La troisième phase (qui est en cours et sur laquelle la MONUC cherche à pérenniser sa présence en RDC), porte sur le processus du DDRRR (désarmement, démobilisation, rapatriement, réinstallation et réinsertion) ; et

- La quatrième phase, sur la facilitation de la transition pour l’organisation d’élections crédibles (phase accomplie).

Le mandat de la MONUC a été placé sous le Chapitre VII de la Charte de l'ONU. Il l'autorise à utiliser tous les moyens nécessaires, dans la limite de ses capacités et dans les zones de déploiement de ses unités, pour dissuader toute tentative de recours à la force qui menacerait le processus politique, de la part de tout groupe armé, étranger ou congolais notamment les ex-FAR et Interahamwés, et pour assurer la protection des civils sous la menace imminente de violences physiques. (Dans la plupart des situations la MONUC n’a pas usé de ce mandat)

La MONUC peut, conformément à son mandat, utiliser des tactiques d'encerclement et de recherche pour prévenir des attaques contre les populations civiles et contrer les capacités militaires des groupes armés illégaux qui continuent de faire usage de la violence dans ces
régions. (La MONUC refuse de recourir à ce mandat pour fin à l’existence des bandes armés au Nord et au Sud-Kivu et surtout pas pour le CNDP du criminel Laurent
NKUNDABATWARE).

Pour Rappel, Monsieur le Secrétaire Général, Le COJESKI-RDC est une plateforme nationale composée de 340 Organisations des Jeunes, opérationnelle dans toutes les provinces du pays. (www.cojeski.org ). Il est membre fondateur du Réseau National des ONGs des droits de l’homme du Congo (RENADHOC), membre fondateur de la Dynamique de la Société Civile de la RDC pour la paix dans la Région Africaine des grands lacs, ( DYSOCIV ), Membre du Comité Préparatoire National de la Conférence Internationale sur la paix dans la Région Africaine des grands lacs ( CPN-RDC/CIRGL ), membre du Conseil National de la Jeunesse de la RDC ( CNJ / RDC ) , membre de la Coalition Internationale des ONGs pour la Cour Pénale Internationale (CICC), membre effectif d’International Peace Bureau (IPB : www.ipb.org ), membre de African Democracy Forum (ADF ) , membre du Mouvement Mondial pour la Démocratie / World Movement for Democracy ( WMD ), membre du Conseil de Coordination du Forum Mondial de la Société Civile / World Civil Society Forum ( WCSF : www.worldcivilsociety.org ), coordonne actuellement la composante Jeunesse de la Société Civile de la République Démocratique du Congo et anime la zone Afrique du Forum Mondial de la Jeunesse. Il est également membre de la Coalition Mondiale contre la peine de mort / World Coalition Against the Death Penalty ( www.worldcoalition.org ), membre Global Youth Action Network (GYAN), membre Youth Employment Summit (YES Network), membre de la Coalition pour la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples / Coalition for an Effective African Court on Human Rights and peoples' Rights, membre de African Civil Society early warning system to the African Union (SALAAMNET), et coordonne actuellement en République Démocratique du Congo de la Campagne Mondiale pour la réforme des Institutions Internationales (www.reformcampaign.net).

Dans l’attente de vos nouvelles, Nous vous prions d’agréer Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de nos sentiments de haute considération et de remerciements anticipés.

En tout dévouement pour la paix et les droits de l’homme.

Pour la Jeunesse Congolaise,

Le COJESKI-RDC,

Ir. Léon KEKYA
Secrétaire Général,

Fernandez MURHOLA
Coordonnateur National


Lien Internet suggéré

www.cojeski.org

Brève description du lien

=============================================== Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo-Kinshasa (COJESKI-RDC)= Réseau National de 340 Associations des Jeunes oeuvrant en RDCongo depuis 1995 dans les domaines de la démocratie, des droits de l'homme, de la bonne gouvernance, du développement durable et du Plaidoyer national,régional et international. ********************************************* Doté de la personnalité juridique, du statut d'observateur auprès de la Commission Africaine des droits de l'homme et des peuples / Union Africaine et Jouissant du Statut Consultatif Spécial auprès du Conseil Economique et Social des Nations Unies(ECOSOC). ********************************************** Plate-forme Jeunesse affiliée et membre de/du : -Conseil National de la Jeunesse de la RDCongo ; -Réseau National des ONGs des droits de l'homme de la Rép.Démocratique du Congo(RENADHOC); -Société Civile de la RDCongo ; -Bureau International de Paix (IPB); -Global Youth Action Network (GYAN) ; -Forum Mondial de la Société Civile (WCSF); -Campagne Mondiale pour la réforme des Institutions Internationales ; -Mouvement Mondial pour la Démocratie(WMD); -Youth Employment Summit (YES Network); -Coalition Mondiale Contre la Peine de Mort/ World Coalition against the Death Penalty ; -Coalition pour la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples /Coalition for an Effective African Court on Human Rights and peoples'Rights ; -SALAAMNET (African Civil Society early warning system to the African Union). ********************************** Bureaux de Répresentation en RDCongo : Bukavu,Uvira,Goma,Beni,Butembo,Kindu,kasongo, Kibombo,Matadi,Boma,Kisangani,Isiro,Buta,Bunia, Isangi,Mbujimayi,Lodja,Kananga,Tshikapa, Lubumbashi,Kolwezi,Dilolo,Likasi,Kambove, Sakania,Kamina,Mbandaka,Bumba,Gbadolite,Kikwit, Bandundu, Masimanimba et Idiofa. Représentations à l'Extérieur du Pays : Johannesburg,Nairobi,Kampala,Kigoma,Cotonou, Bruxelles,Paris,Limoges,Rome,Palerme,New-York, Chicago,Berne,Genève,Londres,Ottawa, Montréal, Leipzig et Washington. ********************************************** Siège Administratif : N° 22, Avenue Cimbushi, Quartier Motel FIKIN, 16ème Rue Résidentielle, Commune de Limeté,Ville de Kinshasa, B.P : 448 Kinshasa I / République Démocratique du Congo Tél. :+(243)998.121.369/816.601.290 E-Fax : + 33.821.188.448 E-mail : cojeski_rdcongo@yahoo.com / cojeski.rdc@societecivile.cd/cojeski.rdc@ic.cd Sites Web : www.cojeski.org/www.societecivile.cd

30/09/2008

Kashozi, Kanampanzi, Nakagere (3)

 Notre journal hebdomadaire de notre action "Projet Secours 2007-2008", cofinancé avec l'OIF, continue ...

Amicalement et à bientôt,

Francine

 

Semaine du 21/09 au 28 septembre 2008

 

Sources Kashozi, Kanampanzi & Nakagere

 

 

 3 sources en cours de réalisation

Rapport hebdomadaire (3)

NATURE DES TRAVAUX EFFECTUES

MOUVEMENT DES TRAVAUX

01

Captage des sources d’eau souterraine : Kashozi, Kanampazi et Nakangere

 

Opération  terminée

02

Injection de la masse filtrante dans les bassins souterrains des sources d’eau souterraine

Opération  terminée

03

Construction des trois chambres des visites au-dessus des masses filtrantes des sources d’eau souterraine

Opération  terminée

04

Empierrements, confection des armatures et coulages du béton des dalles d’assises pour les sources d’eau souterraine

Opération  terminée

05

Elévation des murs constituant l’ensemble des lieux de puisages, marches et contre- marches.

Opération  continue

06

Sensibilisation et mobilisation de la communauté sur l’apport local, distribution des fiches pour les questionnaires des diagnostics communautaires : «Eau, hygiène et assainissement »

Opération continue

 

 

Commentaire :

 

Technique

 

1.1. les opération techniques avancent bien sur les différents sites d’interventions. Nous venons d’achever la construction des 3 sites à 8O%, reste les finissages, aménagement et assainissement de la zone d’alimentation, pour la pérennisation des ouvrages en cours de construction.

 

1.2. pendant la construction, nous nous sommes butés à plusieurs phénomènes géophysiques observés, au niveau des différentes nappes, qui ne conjuguent pas réellement avec les bassins souterrains des différentes sources d’eau souterraine.

 

 2.Animation autour de l’action

 

2.1. La sensibilisation et la mobilisation de l’apport local continue, l’espoir des bénéficiaires concernés commence à naître, suite à tous les efforts  socio-techniques déployés sur les différents sites, dans les villages concernés par l’action.

 

 2.2. Les réunions des programmations des activités continuent, pour mieux suivre l’action selon les différents closes du protocole d’accord des partenaires. Au cours des réunions, on a dégagé plusieurs points relatifs au suivi, à l’évaluation et à la maintenance de l’action, d’où plusieurs institutions installées dans les villages concernés ont été impliquées dans l’action.    

 

Pour la SYNERGIE SOFEBU-BTGRH

 

29/09/2008

L'eau c'est la vie

Semaine du 15/09 au 21 septembre 2008

Sources Kashozi, Kanampanzi & Nakagere

 

3 sources en cours de réalisation

Rapport hebdomadaire (2)

NATURE DES TRAVAUX EFFECTUES

MOUVEMENT DES TRAVAUX

01

Creusage des fossés de protection pour désorienter les eaux de ruissellement observées en amont de la zone des captages souterrains des 3 sources  

Opération  terminée

02

Stockage des moellons sur les différents sites prévus pour l’action

Opération  continue

03

-Déblais de la source d’eau souterraine :Kashozi, Kanampanzi,Nakagere

-Creusage des drains d’écoulement pour un écoulement libre en aval des lieux de puisages

Opération  terminée

04

Multiplication des réunions avec les différents comités de GESTION de l’eau

Opération  en cours

 Commentaire :

 Technique

 1.1. Les déblais des sources d’eau souterraines  à la recherche des émergences souterraine sont terminées, les prochains captages souterrains sont en cours, ainsi que les excavations des différentes lieux de puisages pour projeter les autres réalisations techniques y afférentes.

 1.2. La brigade hydraulique est à pied d’œuvre sur  tous les sites prévus pour l’action, bien que nous sommes en train de rencontrer les réelles phénomènes géo-physique et hydro-géologique caractérisés par la mauvaise exploitation de l’environnement,  par manque d’information et de formation des bénéficiaires concernés. 

 2. Animation autour de l’action      

2.1. La sensibilisation et la mobilisation de l’apport local continue pour tous les sites, nous venons de mettre sur place une fiche d’identification des sites, ainsi qu’une autre pour les questionnaires de diagnostic communautaire sur « eau, hygiène et assainissement »,  au niveau des sites concernées par l’action.

2.2. Dans les réunions hebdomadaires, il a été remarqué que le projet à démarré avec un  retard, par rapport au plan d’action, qui pèse sur le planning des activités à réaliser sur les différents sites, mais nous nous battons pour rester dans la logique du chronogramme.     

  Pour la SYNERGIE SOFEBU-BTGRH

 Bien à vous et bonne semaine,

Amicalement,

Francine