02/04/2010

De beaux cocognes pour Burhale


dyn005_small150_150_101_jpeg_2574527_f2b5325ceeb26cf811b7d2d7e36cc2f4

Depuis notre dernier message le 2 juin 2009, nous sommes très heureux de reprendre contact avec vous, en ce temps de Pâques, symbole de renouveau et d'espérance.

Tout d'abord, nous vous remercions de tout coeur, de ne pas nous avoir oubliés, malgré ce long silence sur notre blog de Burhale.

Sourire 128.404 visites sur notre blog

Rigolant 592 vôtes sur "cent mille blogs" pour notre blog

Clin d'oeil 110 soutiens sur le "moteur de recherche solidaire VeoSearch" et 163,29 EUR récoltés jusqu'à ce jour depuis avril 2008, grâce à vos recherches sur ce moteur de recherche

Sourire Commission Européenne : 24 sources cofinancées et réalisées en 2004 - 2005

Sourire Organisation Internationale de la Francophonie, en collaboration avec Wallonnie- Bruxelles International : 12 sources cofinancées et réalisées de 2007 à 2009.

Ces 36 sources sont toujours bien entretenues par les comités de gestion de l'eau, avec les usagers de l'eau et la supervision de SOFEBU et BTGRH. Les bienfaits sur la santé et le moral des familles de Burhale est magnifique, comme le certifient les statistiques du Centre de Santé de Burhale et les familles elles-mêmes.

En 2010, de nouveaux villages vont bénéficier aussi de l'eau potable, grâce à la Fondation Roi Baudouin et Wallonie-Bruxelles International.

Sourire  Fondation Roi Baudouin "Fonds Elisabeth et Amélie" : 8 sources seront financées en 2010.

2 sources sont terminées et 2 autres sont en voie de réalisation.

Sourire  Wallonie-Bruxelles International : 12 autres sources seront cofinancées, également en 2010. Le captage et l'aménagement des premières sources commenceront dans la première moitié de cette année.

Bientôt, nous éditerons régulièrement les rapports hebdomataires de nos partenaires Congolais.

En cette année du 50ème anniversaire de l'indépendance du Congo, c'est avec joie que nous vous faisons part de ces bonnes nouvelles, comme un partenariat solidaire entre les familles et les organisations de la Belgique, l'Europe et le Congo.

Comme le disent nos amis congolais :

"que vive longtemps la Belgique,

que vive longtemps l'Europe,

que vive longtemps la République Démocratique du Congo",

N'est-ce pas de magnifiques cocognes pour les mamans et les enfants de Burhale ?

Merci de tout coeur à vous tous qui rendez cela possible

et à bientôt sur les blogs, avec les familles de Burhale,

Pour nos amis du Congo,

Pour le Congo,

Amicalement,

et encore de bonnes fêtes de Pâques en Belgique, en Europe, en RDC, et dans le monde.

Easter Comments and Graphics for MySpace, Tagged, Facebook

Francine

 

Tout cela nous montre votre intérêt envers les populations de Burhale. C'est pour nous tous un vrai signe d'encouragement, en vue du développement du Groupement de Burhale (40.000 personnes), en solidarité avec les Femmes de Burhale et les habitants du Congo.

 

http://www.veosearch.com/fr/association/sos-layettes-solidarite-developpement_347

 

 

 http://www.centmilleblogs.com/blogs_top100.html

19/05/2009

Chose promise chose faite ... Sources de vie (7)

dyn006_original_640_432_jpeg_2574527_a1b5a0044c73969592ef302f855a478c

« Chose promise chose faite »

 

« Compte tenu de tous les problèmes techniques que j’ai observé sur les sites, je ne savais pas qu’on pourrait être aujourd’hui, ensemble,  pour valoriser notre courage et notre volonté déployée, pour l’avenir de nos progénitures et de notre environnement. »

« A MISHI GO KALAMO k’O MUKAZI N’O MWANA E N’O MWIRHU »

a parlé le chef de groupement de Burhale à sa communauté, lors de l’ouverture de la session de formation des différents comités de gestion de l’eau.

 Semaine du 11 Mai au 16 Mai 2009,

Sources Lushambe (492 habitants), Mushebeye (456 habitants) et Namwijimbwe (420 habitants)

Villages de Nyakakoba, Murhaza et Mwegerhera, dans le Groupement de Burhale

(SUITE - 7 -)

Notre belle histoire continue ...

NATURE DES TRAVAUX EFFECTUES

MOUVEMENT DES TRAVAUX

01

Formation des 4 comités de gestion de l’eau qui doivent assurer la maintenance des ouvrages hydrauliques installés dans les villages : Nyakakoba, Murhaza et Mwzgerhera.

Module de formation :

-Hygiène et assainissement.

-Santé et le développement communautaire.

-Technique de diagnostic d’une source d’eau souterraine  et sa réparation au niveau du bassin souterrain.

-Gestion des ressources Hydriques en milieu rural.

Participants

24 personnes ont été sélectionnées qui constituent les 4 comités de gestion de l’eau localisés dans les 3 villages cités ci-dessus.

Durée de la formation

La formation a duré 3 jours ouvrables, du mercredi 13 au 15 mai 2009.

Opération  achevée à 100%

02

Remise officielle des ouvrages aux autorités politico administratives .

Opération  terminée

03

Repli partiel du rayon d’action avec les équipes techniques.

Opération  terminée

Commentaire : 

Technique

1.1. Le  projet   OIF / SOS-LAYETTES S&D vient d’arriver à terme, avec un bon résultat attendu, grâce à la participation active de tous les acteurs impliqués dans la réalisation de cette première subvention de l’OIF, dans le groupement de Burhale. La mise en œuvre du projet  vient d’être clôturée par la session de formation des 4 comités de gestion de l’eau restant pour la phase 2 du projet OIF, une formation profitant aux 24 personnes qui désormais rejoignent la grande liste d’autres comités de gestion de l’eau formés et suivis depuis l’an 1999. 

1.2. Nous sommes contents des résultats socio techniques atteints, malgré tous les problèmes rencontrés, avant et pendant la réalisation de ce projet, face aux différentes adaptations orientées pour résoudre la qualité et la quantité de l’eau potable, au niveau des bénéficiaires concernés par l’action. La réaction de toutes les nappes rencontrées sont dans les normes de la durée de l’observation du premier cycle humide, bientôt, nous entrons dans le deuxième cycle qui est chaud,  nous permettant ainsi de tracer un graphique, déterminant le comportement complet de la nappe phréatique et la stabilité de la zone d’alimentation.     

 2. Animation autour de l’action

2.1. « Chose promise chose faite », parole du chef de groupement, lors de l’ouverture de la session de formation des différents comités de gestion de l’eau présents dans la salle au niveau de la paroisse catholique. « Compte tenu de tous les problèmes techniques que j’ai observé sur les sites, je ne savais pas qu’on pourrait être aujourd’hui, ensemble,  pour valoriser notre courage et notre volonté déployée, pour l’avenir de nos progénitures et de notre environnement. » « A MISHI GO KALAMO k’O MUKAZI N’O MWANA E N’O MWIRHU » a parlé le chef de groupement à sa communauté dans la salle.   

2.2. « Je remercie vivement l’Organisation Internationale de la Francophonie OIF et SOS Layettes Solidarité & Développement SOS LS&D présentes dans nos milieux, à travers l’association SOFEBU-BTGRH, nos amis ici  que j’ai cité, ne cessent d’élargir les démarches, pour transformer notre groupement et le rendre plus habitable,  après les longues et terribles événements des conflits et des guerres qui ont retardé notre croissance socio-économique, et  fait disparaître toutes les infrastructures  à tous les niveaux, c’est le cas concret de notre adduction gravitaire d’eau potable de  27 km « l’espoir de la promotion de l’habitant dans notre groupement ». « J’ai la foi ! Que nos amis belges ont observé l’écoulement des larmes sur nos visages !!! » a dit le chef de groupement dans son allocution pendant la formation.

2.3. Ainsi, la formation s’est poursuivie, avec plusieurs réactions des participants (es), dont toutes les questions étaient orientées sur les phénomènes hydrogéologiques qu’on a pu rencontrer, au niveau de certains points d’eau qui manifestaient un tarissement partiel et injustifié, faute de formation et d’information socio scientifique, au niveau des bénéficiaires concernés. En revanche, chaque participant est sorti de la salle en étant satisfait (e), grâce aux transferts des connaissances acquises par le département technique du BTGRH chargé de la formation. 

Pour la SYNERGIE SOFEBU-BTGRH

Pour les FAMILLES DE BURHALE,

MERCI DE TOUT COEUR, 

et amicalement vôtre,

Francine

 

 

15/09/2008

Solidarité Maternelle Internationale

SOS Layettes Solidarité & Développement,
Téléchargez notre périodique relatif à notre Projet Secours 2007-2008 à Burhale, avec les Femmes Solidaires de Burhale :
A bientôt de nouvelles nouvelles et amicalement,
Francine

10/03/2008

Journée internationale de la femme

A l'occasion de la journée internationale de la femme, je viens dire un petit bonjour à toutes les femmes du monde.

Malheureusement, en ce jour de fête, je viens aussi vous montrer que tout n'est pas encore rose dans notre monde ...

L'article est très parlant aussi je vous le transcris comme reçu des femmes de Burhale.

Merci à vous toutes,

Amicalement à vous tous et à vous toutes,

Francine

« VIOLENCES FAITES AUX FEMMES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO » Cas spécifique de l’Association Solidarité des Femmes de Burhale « SOFEBU », 1994 – 2003. 

           

L’Association Solidarité des Femmes de Burhale, SOFEBU, en sigles, est une dynamique de plus ou moins 4.000 femmes soutenues par des hommes de bonne volonté ayant pour objectif principal le développement intégral de leurs villages respectifs dans le domaine de l’agriculture, l’élevage, l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

L’Association Solidarité des Femmes de Burhale, SOFEBU, en sigles, se trouve à + 55 km de la ville de Bukavu, à l’Ouest, sur l’axe routier Bukavu-Mwenga, Bukavu-Shabunda dans la chefferie de Ngweshe, Territoire de Walungu, Province du Sud-Kivu.

La chefferie de Ngweshe compte 16 groupements, parmi lesquels, le groupement de Burhale rayon d’action de la solidarité de femmes de Burhale.  Le groupement de Burhale compte + 40.000 âmes.

 

En 1994, la République Démocratique du Congo alors Zaïre, a ouvert ses portes par les villes de Bukavu, de Goma et d’Uvira aux Hutu-Rwandais (Civils et militaires en armes) que venaient de chasser leurs compatriotes Tutsi regroupés au sein du FPR (Font Patriotique Rwandais).

 

De tous les Hutus-Rwandais qui sont entrés par la ville de Bukavu, la chefferie de Ngweshe a hébergé trois camps parmi lesquels trois ont été érigés dans les limites du groupement de Burhale (Tshimanga : 19.000 réfugiés civils), Bulonge (Camps FAR Forces Armées Rwandais), Izirangabo 3000 réfugiés civils) et 1 camp dans le groupement de Kaniola.

 

De 1996 (arrivée de l’AFDL de Mzee Laurent Désiré Kabila soutenue par une cohorte des militaires Tutsi-rwandais) à 2003, l’Est de la R.D.Congo et plus particulièrement le groupement de Burhale, a été fortement secoué par des guerres à répétition avec comme graves conséquences le vol, les viols, les déplacements des peuples, les pillages, les destructions méchantes et des assassinats.

 

Puisque nous parlons de Burhale, nous voulons montrer dans les lignes qui suivent que notre association, la Solidarité des Femmes de Burhale, « SOFEBU » n’a pas été épargnée de sévices de ces guerres à répétition.  Sans parler de différents pillages de ses biens déjà constitués à l’époque, notre attention va plutôt s’arrêter sur des cas des violences sexuelles faites à certaines de 4.000 femmes, toutes membres de SOFEBU et vivant dans le rayon d’action SOFEBU, en groupement de Burhale.  Nous avons pu les identifier grâce aux rapports journaliers, hebdomadaires et ou circonstanciels de  nos animatrices des cellules ; rapports confirmés à l’issue des échanges que nous organisions avec les victimes en compagnie de la zone de santé rurale de Walungu qui nous a beaucoup assisté en acceptant de nous tenir compagnie dans nos différentes cellules, d’organiser le dépistage volontaire du VIH/SIDA en faveur des victimes des viols et de leur garantir les premiers soins en cas de besoins.  En effet il faut souligner ici que la zone de santé rurale de Walungu est partenaire de SOFEBU qui est membre de son conseil d’Administration.

 

Les cas que nous citons dans les lignes qui suivent s’étendent sur la période allant de 1994 (arrivée des Hutu-rwandais en R.D. Congo) à 2003 (démantèlement de la dernière milice armée : Mudundu 40) :

-         En mai 1995, SOFEBU a enregistré 30 cas de violences sexuelles perpétrées sur ses membres par des Hutu-rwandais dans quatre de nos cellules : NJOVE (12 cas parmi lesquels 4 blessées graves), Cihambe (6 cas), Buha (7 cas) et Nyakakoba (5 cas).  Toutes ces quatre cellules sont très proches de Bulonge qui hébergeait les Ex-FAR.

 

-         En octobre 1996, au cours de leurs ratissages, des militaires Tutsi-rwandais de l’AFDL, de passage dans Burhale, ont violenté 20 femmes, membres de SOFEBU, localisées dans trois cellules : Lukumbo (9 cas), Cikamba (7 cas) et Burhale (4 cas).

 

-         La période allant du mois d’août 1998 (insurrection du RCD) au mois d’avril 2003 (fin des hostilités dans Burhale) a été trop pénible pour des femmes, membres de SOFEBU.  Au cours de cette période, trois camps de militaires étaient érigés dans Burhale en face de deux camps des milices armées (Mudundu 40 d’un côté et les FAC du général Padiri de l’autre côté).  Toutes ces factions armées se faisaient la guerre presque tous les deux jours et après s’en suivaient vols, viols, pillages et tueries contre les paisibles citoyens.  C’est pendant cette période même que SOFEBU a enregistré plus de cas de viols de ses membres : 280 cas de viols des femmes et jeunes filles membres de SOFEBU identifiés dans 10 cellules :

 

-         Cellule Burhale : 40 cas parmi lesquels 30 mamans et 10 jeunes filles.  Les viols ont eu lieu dans les foyers des victimes mêmes.

 

-         Cellule Mwegerera : 20 cas parmi lesquels 15 mamans et 5 jeunes filles dans leurs maisons d’habitation.

 

-         Cellule Murhaza : 36 cas parmi lesquels 32 mamans et 4 jeunes filles.                        Ces incidents de Mwegerera ont eu lieu dans les champs et dans leurs maisons d’habitation.

 

-         Cellule Lukumbo : 43 cas parmi lesquels 37 mamans et 6 jeunes filles.  Les filles ont été violées par des miliciens de retour de l’école.

 

-         Cellule Luhoko : 50 cas parmi lesquels 48 mamans et 2 jeunes filles.  Ces incidents ont eu lieu après affrontements pendant que les victime se cachaient dans leurs maisons d’habitation.

 

-         Cellule Cikamba : 25 cas toutes des jeunes mamans violées après affrontements armés et en pleine journée dans leurs maisons d’habitation.

 

-         Cellule Njove : 50 cas parmi lesquels 10 femmes ont d’abord été amenées en forêt pendant plus d’un mois et dans la suite rachetées par les leurs assistés de SOFEBU et du BTGRH moyennant une somme de 1.000 $ US (100 $ par femme).

 

-         Cellule Cihambe : 5 cas : toutes des jeunes mariées.

 

-         Cellule Nyakakoba : 10 cas parmi lesquels une jeune mariée violée le jour même de sa bénédiction nuptiale.

 

-         Cellule Buha : 1 cas : une vieille maman de + 60 ans.

 

Au total, de 1995 à 2003, SOFEBU a enregistré 330 cas de viols de ses membres soit par des hutu-rwandais, soit par des militaires congolais, soit par des tutsi-rwandais, soit par des miliciens.

 

Plusieurs autres cas restent encore ignorés, soit parce que les victimes ont peur de se dévoiler, crainte de se voir refusées par leurs maris pour les femmes mariées, ou de ne plus avoir un fiancé pour les jeunes filles.  Au regard de ces violences, nous avons observé quelques conséquences négatives :

 

-         Les jeunes filles victimes de ces viols ont désormais fui leurs villages pour la ville où elles vivent chez leurs frères.

-         50 cas de ces 330 identifiées sont désormais séropositives et vivent physiquement séparées de leurs maris.

-         20 cas (soient 20 femmes) ont vu leurs ménages disloqués.  Les maris refusant de vivre avec des femmes violées. 

-         Traumatismes et psychose constatés chez la plupart de toutes ces victimes.

-         Frustration observée dans les familles des victimes, surtout chez les enfants qui ont forcément assisté à ces scènes obscènes de viols de leurs mères, dans leurs maisons d’habitation !

 

Face à ces situations, SOFEBU et le BTGRH, soutenus activement par la zone de santé rurale de Walungu, ont organisé une vaste campagne de sensibilisation, de moralisation et de compassion dans les familles des victimes, en vue d’une véritable réinsertion sociale.  Profitant de la réalisation du projet « Eau potable pour action de santé préventive : captage et aménagement de 24 sources d’eau souterraine 2004 – 2005 » et du projet secours 12 sources 2007, dans lesquels maris, pères des victimes, elles-mêmes ont été activement appliqués, nous avons pu réinsérer 240 ménages qui vivent aujourd’hui en harmonie.

 

Nous continuons notre sensibilisation auprès de ces 20 autres maris qui, aujourd’hui, ne sont pas encore convaincus qu’ils pourront continuer à vivre avec leurs femmes violées et qui, heureusement, ne sont pas infectées.  Nous fondons l’espoir que si nous obtenions un autre financement, pour continuer à capter et à aménager d’autres sources d’eau souterraine, nous parviendrions à unir ces 20 foyers et à encadrer davantage toutes les autres victimes, comme par le passé.

 

En effet, grâce à notre projet « Eau, hygiène et assainissement », victimes des viols (femmes, maris et enfants des victimes) comprennent progressivement que ces incidents ne dépendent pas de leur propre volonté et ne doivent donc pas les séparer, d’autant plus que les hommes qui devaient protéger et défendre leurs épouses ont assisté impuissants à cette barbarie.

 

Excepté SOS Layettes S & D qui nous a obtenu le financement pour capter et aménager des sources d’eau souterraine, activités qui nous ont permis d’encadrer, de sensibiliser et de réinsérer socialement nos membres victimes des violences sexuelles,

Hormis la zone de santé rurale de Walungu qui nous a assistés pendant ces dures épreuves, nous accompagnant à travers toutes nos cellules et acceptant de dépister volontairement le VIH/SIDA en faveur des victimes et leur garantissant les premiers soins ;

Hormis le BDOM (Bureau Diocésain des Oeuvres Médicales de Mlle Maria MASSON, un sujet belge) qui, à travers son CODILUSI (Comité Diocésain de Lutte contre le Sida) a accompagné quelques unes de nos 50 femmes séropositives pendant deux ans, en leur donnant des ARV ;

SOFEBU n’a bénéficié d’aucune autre aide.  Tous nos regards sont donc tournés vers des personnes de bonne volonté, parce qu’il suffira de nous obtenir du financement, pour relancer nos activités sur le terrain et nous mettrons fin à cette psychose !

 

Dans l’attente de vos bonnes nouvelles,

 

Recevez, chère Francine, nos meilleures amitiés et toute notre sympathie.

  Pour SOFEBU, 

Mme Marine M’MPUGA, Coordinatrice en fonction

 

Monsieur Vincent de Paul MUDEKEREZA, Responsable Administratif et Financier

  Pour le BTGRH, 

Dr le BON BARHWAMIRE, Président du conseil d’Administration

 

Pascal NTABIRUBA, Chargé de Projets

  

 

05/02/2008

Je chante

 

Je chante

Mais pour ne pas sombrer

Je chante

Quand  dans ma tête tout a craqué

Je chante

Pour ne pas pleurer

Pour ne pas lâcher

Pour croire que quand même

Il y a des gens qui m'aiment

Je chante

Quand le ciel s'éteint le soir

Je chante

Si dans le silence je perds l'espoir

Je chante

Et croire que tout pourrait renaître

Que je n'ai pas que du mal être

Pour sortir du pire qui m'attend

Pour croire aux sourires qu'on me tend

Je chante

Pour croire au vent qui souffle au bois

Je chante

Penser que tu es encore à moi

Je chante

Croire au bien et bannir le mal

Imaginer mieux qu'un banal

Et si le bonheur alors me prend

Et que finissent mes tourments

Alors je chante

Mais par amour et pour la vie

Pour dire que rien jamais ne finit

Que tout encore est bien possible

Que rien n'est plus inaccessible

Alors je chante encore pour vous

Vous dire que tout peut être doux

Et pour qu'en face on se regarde

Sans jamais plus être sur ses gardes

Rendons les armes aimons-nous

Une utopiste ? C'est si doux

Je chante

Les oiseaux le soleil le vent

Pour que tous nous ayons beau temps

Et que s'enchaînent nos saisons

De grands bonheurs de déraisons

C'est çà, elle est là ma chanson !

Mimi

Un beau poème trouvé sur le blog de Mimi http://bloga4mains.skynetblogs.be/

Merci, Mimi, d'avoir accepté que j'édite ce poème sur notre blog de Burhale

Amicalement,

Francine

 

 

 

 

 

16:55 Écrit par Francine dans poème | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poeme, vie, espoir, oiseaux, soleil, vent, burhale, amour |  Facebook |

21/01/2008

Autres photos

Voici les dernières photos de la série décembre 2005.

Bonne visite à tous et à toutes.

Amicalement,

Fancine

SOF47

Vers de nouvelles sources par monts et par vaux ...

SOF50

La dernière source des 24 cofinancées par la CE en cours d'aménagement.

SOF51

SOF52

SOF53
Dans le gite de l'Hôpital de Walungu où nous logeons pour raison de sécurité. Photo de la Reine Elisabeth de Belgique.

SOF54

SOF55

Réunion avec les animatrices du Comité de Coordination de SOFEBU.

SOF63

Assemblée Générale de SOFEBU.

SOF64

Les mamans de Burhale qui participent activement et courageusement aux projets de SOFEBU pour améliorer les conditions de vie de leurs enfants.

SOF65

Malgré leur grande pauvreté, elles nous offrent généreusement quelques produits de leur maigre récolte et élevage.

SOF66

SOF41

Des enfants de Burhale participent à la récolte du thé pour quelques dollars ... leur désir est d'avoir un peu d'argent pour pouvoir aller à l'école ...

SOF42

SOF60

De retour à Bukavu avec les animatrices de SOFEBU avec lesquelles nous visitons quelques institutions basées à Bukavu.

SOF62

Dernière vue sur le bébé d'une des animatrices veuve avec plusieurs enfants suite aux conséquences de la guerre.

Avec l'espoir que la situation des familles congolaises s'améliore bientôt ...

decoration

N'oubliez pas de voter pour notre blog de Burhale ... http://www.centmilleblogs.com/vote.php?id=4585

  
decoration

17:27 Écrit par Francine dans visite décembre 2005 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : eau, photos, burhale, rdc, congo, source, vie, espoir |  Facebook |

18/12/2007

La première bougie

La Première bougie ... Bon anniversaire au blog de Burhale ...

177

 Nous rappelons que ce blog a vu le jour, le 19 Décembre 2006, pour vous faire rencontrer et connaître les familles de Burhale.

Il se veut aussi être la preuve que des actions concrètes sont effectuées en République Démocratique du Congo, par les populations elles-mêmes qui s'en sortent très bien,  quand elles ont la chance de rencontrer sur leur chemin, des mains amicales qui se tendent.

Pour les familles de Burhale,  ce blog  est un signe d'espoir. Elles se sentent moins isolées dans leurs villages, lorsqu'elles se rendent compte que  des personnes compréhensives pensent à elles et oeuvrent pour un monde plus solidaire et plus juste.

Que retenir comme  faits marquants durant cette période ?

dyn009_small150_150_101_jpeg_2592525_cec5ee9dda459c15b1afc83c0b33c2d1[1]
Tout d'abord, je voudrais remercier toutes les personnes qui dès le début, m'ont encouragée et m'ont aidée de diverses façons, pour me permettre de m'y retrouver dans le monde  des bloggeurs : conseils avisés, messages dans leur blog, création d'un logo à partir d'une photo de Burhale, commentaires ...

dyn010_original_250_250_gif_2592120_c34eaca0d06219b043822c751075fcb6

et même une boule de Noël cueillie sur un arbre de Noël, à l'effigie d'une fillette de Burhale ...

   33.155 visites à ce jour, je n'imaginais pas atteindre ce chiffre en 1 an ... et j'en suis très heureuse pour les familles de Burhale.

Merci aussi aux bloggueurs qui ont accepté de créer des liens pour diffuser notre blog le plus largement possible.

Vous trouverez la trace de tous nos amis de Burhale, en parcourant ce blog ...

Numériser0004

4 sources ont été captées et aménagées :

Namushenye : 480 personnes

 Muimbo : 408 personnes

Cibaya : 378 personnes

et Kalushamba : 540 personnes

En tout, 1.806 personnes, plus de nombreux réfugiés qui continuent à fuir les combats du Nord Kivu pour se réfugier dans des familles d'accueil de Burhale, Walungu, et environs.

Nous gardons l'espoir que des sources supplémentaires pourront être captées et aménagées au cours de l'année 2008.

"Les bénéficiaires potentiels du Projet Secours 2007 qui devient dès à présent le Projet Secours 2007-2008, semblent se décourager, mais la présence de nos partenaires SOFEBU et BTGRH sur le terrain, leur fait encore espérer" (SOFEBU, e-mail du 18/12/07).

Nous fêterons bientôt Noël et nous espérons que vous aurez une pensée pour eux.

A bientôt et bonne soirée à vous qui nous visitez en ce moment,

Amicalement,

no 211un cadeau de Noël pour  Burhale = 1 source à Cirhaha ???

Francine

 

 

 

 

 

 

19:47 Écrit par Francine dans Anniversaire | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : eau, anniversaire, burhale, congo, afrique, kivu, noel, espoir |  Facebook |